LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

Effets des variations du niveau d'eau du Lac Saint-Jean (P.Q.) sur la migration saisonnière de quelques espèces de poissons, en particulier de la perchaude (Perca flavescens) dans le petit marais de Saint-Gédéon

Tremblay Harold. (1992). Effets des variations du niveau d'eau du Lac Saint-Jean (P.Q.) sur la migration saisonnière de quelques espèces de poissons, en particulier de la perchaude (Perca flavescens) dans le petit marais de Saint-Gédéon. Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi.

[img]
Prévisualisation
PDF
2MB

Résumé

La présente recherche vise à déterminer les répercussions que peuvent avoir les variations du niveau d'eau du lac Saint-Jean (P.Q.) sur le potentiel de reproduction des espèces de poisson de ce lac. De façon générale, ces variations de niveau d'eau ont un effet direct sur l'ensemble des habitats qui entourent le lac. Quand justement ces habitats sont des sites privilégiés de reproduction, ce phénomène doit être pris en considération. Plus précisément, la perchaude (Perca flavescens), le grand brochet (Esox lucius), le queue à tache noire (Notropis hudsonius) et le mené émeraude (Notropis athérinoides) ont été les espèces étudiées.

Tôt au printemps, l'eau s'échappe du marais semi-ouvert qu'est le petit marais de Saint-Gédéon, ce qui peut amener une coupure entre le lac et le marais, site très important de reproduction des espèces ichtiennes au lac Saint-Jean. Habituellement, l'eau provenant du bassin hydrographique que constituent les milliers de kilomètres de terres environnantes vient apporter ce qui est nécessaire pour contrebalancer cette perte d'eau encourue pendant l'hiver et ainsi créer un nouvel équilibre entre le lac et le marais.

L'échantillonnage que nous avons effectué en 1987 et 1988 a permis de bien observer deux conditions diamétralement opposées. En 1987, le niveau d'eau a demeuré en dessous de la moyenne observée depuis les 40 dernières années, soit un niveau inférieur à 101,00 m. Ce niveau n'a pas permis un grand volume d'eau dans le canal entre le lac et le marais ce qui a empêché les gros géniteurs de perchaude et de grand brochet en particulier, de pouvoir s'introduire dans le marais. Cette année là, 42 300 spécimens ont été capturés. Dans l'ensemble il s'agissait des petits spécimens de Cyprinidées étudiés tels le queue à tache noire et le mené émeraude. Notons, qu'une pêche de 24 heures, une fois par semaine, à l'aide de verveux placés dans le canal et couvrant la largeur complète de ce canal, a permis ce recensement et ce, du mois d'avril au mois d'octobre.

En procédant de la même façon, en 1988, plus de 267 000 spécimens ont été capturés. Le niveau d'eau a, pendant la période d'avril à octobre, maintenu une moyenne supérieure à 101,00 m et atteint une hauteur de 101,57 m à la fin mai. Le niveau d'eau dans le canal de communication est ainsi demeuré suffisamment haut pour permettre aux poissons de circuler aisément vers le marais. De façon générale, nous constatons, et cela particulièrement chez la perchaude et le grand brochet, qu'en 1987, les individus matures n'ont pas eu l'occasion ou très peu de s'introduire dans le marais pendant la période de frai. En 1988, le problème ne s'est pas rencontré.

Nous avons constaté que des grandes variations ainsi qu'un niveau d'eau insuffisamment élevée empêchent la frai pour les gros spécimens en freinant la migration vers les sites de reproduction. De plus, ces conditions ne permettent pas l'inondation de la végétation émergente robuste, qui est utilisée comme support pour les oeufs des spécimens de grand brochet et de perchaude.

Un niveau d'eau constant, supérieur à 101,00 m dans le lac Saint-Jean, surtout aux mois d'avril et mai, serait souhaitable pour faciliter l'accès au marais et ainsi augmenter les chances d'optimiser les succès de reproduction. Eventuellement, l'installation de barrages et de passes migratoires à l'entrée des marais, pourrait aider à réduire les effets de ces variations du niveau d'eau. Toutefois, nous n'en sommes pas rendus à cette étape, car il reste encore beaucoup à faire pour bien comprendre toutes les interactions existantes entre le Petit marais de Saint-Gédéon et le lac Saint-Jean.

Type de document:Thèse ou mémoire de l'UQAC (Mémoire de maîtrise)
Date:1992
Lieu de publication:Chicoutimi
Programme d'étude:Maîtrise en productivité aquatique
Nombre de pages:61
ISBN:1412304121
Identifiant unique:10.1522/1474512
Sujets:Sciences naturelles et génie > Sciences naturelles > Biologie et autres sciences connexes
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences fondamentales > Programmes d'études de cycles supérieurs en ressources renouvelables, environnement et biologie
Directeur(s), Co-directeur(s) et responsable(s):Lalancette, Louis-Marie
Mots-clés:Niveau des eaux--Québec (Province)--Saint-Jean, Lac, Poissons--Reproduction, Perchaude, Grand brochet, Poissons-appâts, Water levels--Quebec (Province)--Saint John, Lake, Fishes--Reproduction, Perch, Pike, Baitfish, ATHERINOIDES, BROCHET, EAU, EMERAUDE, ESOX, FLAVESCENS, HUDSONIUS, LUCIUS, MARAIS, MENE, MIGRATION, NIVEAU, NOIR, NOTROPIS, PERCA, PERCHAUDE, PETIT, POISSON, QUEUE, REPRODUCTION, SAINT-GEDEON, SAISONNIER, TACHE, THESE, VARIATION
Déposé le:01 janv. 1992 12:34
Dernière modification:17 déc. 2012 21:01
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630