LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

La fracture identitaire du modèle québécois : l'exemple des commissions sur l'avenir du Québec

Chiasson Luc. (2009). La fracture identitaire du modèle québécois : l'exemple des commissions sur l'avenir du Québec. Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi.

[img]
Prévisualisation
PDF
9MB

Résumé

Le Québec a la particularité d'être îa seule culture majoritairement française en Amérique du Nord. La société québécoise a comme contexte historique d'avoir été en situation de perpétuelle dépendance depuis la Nouvelle-France jusqu'à la Révolution tranquille. Cette période, qui débute par l'élection du Parti libéral du Québec de Jean Lesage en 1960, a marqué la modernisation de la société québécoise et surtout le début de l'État-providence au Québec. La province appliquait les principes keynésiens en introduisant notamment des programmes sociaux généreux et en créant des sociétés d'État afin de soutenir l'économie. L'objectif général de cette recherche sera de voir si le « modèle québécois » est un mythe ou une réalité ? Le cheminement politique du Québec, depuis les années i960, permet à certains auteurs, particulièrement Benoît Lévesque, d'affirmer qu'il existe un modèle de développement et de gouvernance qui évolue dans le temps selon les circonstances internationales. Ce modèle est-îl efficace? Afin d'évaluer l'efficacité du « modèle québécois », l'objectif spécifique de ce mémoire sera d'analyser un exercice déîibératif qui a été unique dans l'histoire du Québec. Il s'agit des commissions sur l'avenir du Québec tenues avant le référendum sur îa souveraineté d'octobre 1995.

Ces commissions répondent parfaitement à un objectif précis de la démocratie deliberative, l'augmentation de la participation dans l'espace public. Le deuxième objectif de la démocratie deliberative, l'obtention d'un consensus, a été plus difficile à trouver au sujet de la souveraineté du Québec. Les commissions sur l'avenir du Québec avaient pour cible de favoriser un mouvement populaire en faveur de la séparation de la province du Canada. L'analyse des commissions permet de constater que le projet souverainiste a été rattrapé par la « féodaîisation des intérêts », par la « fragmentation des préoccupations » mais aussi par îa division entre les régions périphériques et les centres urbains. Cet exercice a ressorti une crise de légitimité plus profonde des institutions québécoises et surtout une méfiance de la population envers les dirigeants politiques. Le débat national sur l'avenir du Québec a fait place, surtout dans les régions périphériques, à un plaidoyer pour une plus grande décentralisation des pouvoirs vers les régions peu importe l'avenir constitutionnel du Québec.

Type de document:Thèse ou mémoire de l'UQAC (Mémoire de maîtrise)
Date:2009
Lieu de publication:Chicoutimi
Programme d'étude:Maîtrise en études et interventions régionales
Nombre de pages:230
ISBN:9781412315784
Identifiant unique:10.1522/030112318
Sujets:Sciences sociales et humaines > Sciences humaines > Ethnologie
Sciences sociales et humaines > Sciences sociales > Sciences politiques
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences humaines > Programmes d'études de cycles supérieurs en interventions régionales
Directeur(s), Co-directeur(s) et responsable(s):Larochelle, Gilbert
Mots-clés:Démocratie délibérative--Québec (Province)--Régions, Sécession--Québec (Province)--Opinion publique, Deliberative democracy--Québec (Province)--Regions, Secession--Québec (Province)--Public opinion
Déposé le:01 janv. 2009 12:34
Dernière modification:20 sept. 2011 15:33
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630