LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

Le concept d'incubateur et le développement des entreprises informelles en milieu rural africain

Mama Ndima Evariste. (1986). Le concept d'incubateur et le développement des entreprises informelles en milieu rural africain. Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi.

[img]
Prévisualisation
PDF
4MB

Résumé

Les efforts du gouvernement camerounais visent à rentabiliser l'économie du pays en donnant une place importante au secteur privé. Ces orientations apparaissent tant dans les différents plans quinquennaux de développement que dans les actions entreprises par l'État. Ainsi, la promotion des PME est devenue une priorité pour le développement.

L'importance des petites entreprises dans une économie tient aux faits suivants:

- elles utilisent les ressources locales;

- elles développent un entrepreneurship des dirigeants grâce à leur dynamisme;

- elles créent un marché intérieur important pour les biens produits;

- elles permettent l'utilisation de l'épargne locale (tontine).

Nous avons choisi de réfléchir sur ce thème du développement des PME dans l'espoir de trouver, parmi les techniques de création d'entreprises, celles qui conviendraient le mieux au contexte économique du milieu rural africain.

Nos travaux nous ont conduit aux constations suivantes:

- qu'en milieu rural africain, il n'existe que de petites entreprises sous forme d'ateliers appartenant aux nationaux;

- que celles-ci utilisent peu de techniques modernes de gestion. Elles s'ajustent au jour le jour dans l'environnement;

- que leurs problèmes sont nombreux et complexes;

- qu'elles sont laissées à elles-mêmes dans un environnement physique et structurel défavorable à leur développement;

- que leurs promoteurs débordent d'esprit d'initiative ou d'entrepreneurship qui ne demande qu'à être soutenu et appuyé.

Parmi les diverses façons de favoriser l'émergence de ces entreprises, jusqu'ici marginales, le concept d'incubateur viendrait nourrir certains espoirs de voir accélérer leur création. Les caractéristiques qui permettent de tels espoirs sont les suivantes:

- une place avec des bâtiments pour recevoir les nouvelles entreprises;

- l'organisation des services connexes à l'intérieur des locaux au profit de ces entreprises;

- l'administration de services et conseils professionnels, techniques et managériaux, aux dirigeants et cadres.

Ainsi, aux Etats-Unis, il semble que 90 % des entreprises qui ont démarré dans les incubateurs ont dépassé cinq ans d'existante (1). L'incubateur peut donc diminuer le taux de mortalité à la naissance.

Toutefois, en examinant la problématique des petites entreprises rurales en Afrique, il nous est apparu difficile de transposer directement ce concept pour des raisons d'ordre économique, de philosophie de développement et d'organisation sociale.

Nous sommes arrivés à la conclusion suivante: plutôt que de créer un incubateur d'entreprises, étant donné l'existence d'un secteur informel d'entreprises, que ces entreprises informelles ont des difficultés et n'ont aucun soutien pour les aider, il serait indiqué de commencer par aider ces entreprises par des services et conseils professionnels, techniques et managériaux par des cadres compétents. Par ailleurs, un accent devrait être mis pour amener les promoteurs à créer des associations professionnelles au sein desquelles ils échangeront leurs expériences et discuteront de leurs problèmes.

Cette approche permettrait de:

- choisir des technologies adaptées aux réalités locales;

- faire participer et même supporter le développement des entreprises par le milieu;

- respecter le cheminement et le modèle de développement des bénéficiaires;

- servir de stade de pré-incubation de petites entreprises en recevant l'appui de l'incubateur et autres organismes installés à Yaoundé.

Enfin, cette structure devrait apporter son cautionnement au financement des petites entreprises en gérant un capital de risque qu'elle constituerait grâce à diverses sources de financement. Les petites entreprises n'ayant pas d'accès au crédit auprès des institutions financières actuelles, l'appui en conseils ne sera pas suffisant, il devra être complété par un apport en termes de capitalisation.

_____________________________________________ 1) Voir étude du Séminaire de spécialisation sur la création et le déménage de PME (UQAC, Hiver 1986).

Type de document:Thèse ou mémoire de l'UQAC (Mémoire de maîtrise)
Date:1986
Lieu de publication:Chicoutimi
Programme d'étude:Maîtrise en gestion des petites et moyennes organisations
Nombre de pages:236
ISBN:1412301246
Identifiant unique:10.1522/1424185
Sujets:Sciences sociales et humaines > Sciences sociales > Économie
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences économiques et administratives > Programmes d'études de cycles supérieurs en gestion des organisations
Directeur(s), Co-directeur(s) et responsable(s):Belley, Michel
Mots-clés:Nouvelles entreprises--Aspect économique--Cameroun, Petites et moyennes entreprises, Zones rurales--Cameroun, New business enterprises--Economic aspects--Cameroun, Smalla business, Rural geography--Cameroun, CAMEROUN, CONDITION, DEVELOPPEMENT, ENTREPRISE, GESTION, INFORMEL, MILIEU, MOYEN, PETIT, PME, PMOUQAC, RURAL, THESE
Déposé le:01 janv. 1986 12:34
Dernière modification:07 mai 2013 20:22
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630