LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

Regards sur la décentralisation gouvernementale au Québec : actes du Forum régional sur la décentralisation

Proulx Marc-Urbain. (1995). Regards sur la décentralisation gouvernementale au Québec : actes du Forum régional sur la décentralisation. Chicoutimi : Université du Québec à Chicoutimi.

[img]
Prévisualisation
PDF
21MB

Résumé

Depuis ses débuts, le Parti Québécois a toujours été favorable à la décentralisation en gestion publique. Elle fait tout simplement partie de notre projet de société. Notre proposition est claire. La construction de l'État du Québec nécessite d'abord un rapatriement des pouvoirs et des compétences perdus aux mains du gouvernement fédéral canadien. Dans un deuxième temps, la gestion des affaires publiques de notre État souverain nécessitera la décentralisation gouvernementale. Il s'agit bien sûr, d'une question d'efficacité administrative. Sans cette avenue, nous deviendrions l'État le plus centralisé du monde. Il provient aussi de notre désir profond de respecter le mieux possible les besoins, les goûts et les préférences de tous les citoyens du Québec par le rapprochement et la reponsabilisation des décideurs du secteur public. Qu'on se le dise: mes collègues et moi sommes au Parlement national de Québec, pour défendre les intérêts locaux et régionaux à l'intérieur du Québec. Dans le passé, la gouverne péquiste s'est largement impliquée dans la réforme décentralisatrice. Dès le premier mandat, de 1976 à 1981, nous avons clairement illustré notre volonté non seulement de respecter l'autonomie locale et régionale, mais aussi de renforcer cette autonomie. La Loi 105 sur la démocratie locale et la réforme de la fiscalité municipale (Loi 57) se sont inscrites en ce sens. Nous avons aussi favorisé l'émergence et la consolidation des conseils régionaux sectoriels. La Loi 125 sur l'aménagement et l'urbanisme a permis de concrétiser encore davantage nos intentions. Ainsi, la création des MRC en 1979 (municipalités régionales de comté) visait à offrir une assise territoriale adéquate et une organisation politique efficace pour gérer des biens et services collectifs. En ce sens, la responsabilité de l'aménagement du territoire fut dévolue à cet échelon tandis que les municipalités furent responsabilisées à l'égard de l'urbanisme. Nous avons préconisé et encouragé l'utilisation de ces petites régions MRC pour offrir des services à la population et aux entreprises: évaluation foncière, développement rural, promotion économique, gestion des déchets, etc...

Type de document:Livre
Date:1995
Lieu de publication:Chicoutimi
Nombre de pages:423
Organisation:Forum régional sur la décentralisation, Université du Québec à Chicoutimi, Groupe de recherche et d'intervention régionales
Sujets:Sciences sociales et humaines > Sciences sociales > Sciences politiques
Département, module, service et unité de recherche:Unités de recherche > Groupe de recherche et d'intervention régionales
Mots-clés:GRIR, DECENTRALISATION, GOUVERNEMENT, POLITIQUE, POUVOIR, PROVINCE, QUEBEC, REGION, REGIONAL, STATISTIQUE
Informations complémentaires:Titulaire du droit d'auteur : © Marc-Urbain Proulx; Forum régional sur la décentralisation; Groupe de recherche et d'intervention régionales, Groupe de recherche et d'intervention régionales
Déposé le:01 janv. 1995 12:34
Dernière modification:18 mai 2012 00:20
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630