LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

La migration des jeunes du Saguenay-Lac-Saint-Jean : résultats d'un sondage 2004-2005 auprès des 20-34 ans

Girard Camil, Simard Martin et Fortin Valérie. (2006). La migration des jeunes du Saguenay-Lac-Saint-Jean : résultats d'un sondage 2004-2005 auprès des 20-34 ans. INRS-Urbanisation culture et société, Groupe de recherche sur la migration des jeunes migration des jeunes.

[img]
Prévisualisation
PDF
642kB

Résumé

Depuis onze ans, le Groupe de recherche sur la migration des jeunes (GRMJ) étudie la question de la migration des jeunes québécois, mais, plus encore, le rapport des jeunes au territoire québécois, territoire subdivisé en régions administratives pour les fins de la recherche. L’équipe de recherche est interdisciplinaire et interuniversitaire. Elle est composée des professeurs Serge Côté et Frédéric Deschenaux de l’UQAR, Lucie Fréchette de l’UQO, Claire Boily (agente de recherche), Madeleine Gauthier et Myriam Simard de l’INRS Urbanisation Culture et Société, Camil Girard et Martin Simard de l’UQAC, Claude Laflamme de l’Université de Sherbrooke, Patrice LeBlanc de l’UQAT, Marie Lequin et Jean-Louis Paré de l’UQTR, Marc Molgat de l’Université d’Ottawa et Derek Wilkinson de l’Université Laurentienne. Plusieurs étudiants et agents de recherche ont apporté leur collaboration à une étape ou l’autre de la recherche. Elle sera signalée dans les rapports de recherche auxquels ils auront contribué. Amorcés par un travail de réflexion théorique (Gauthier, dir., 1997) sur ce que plusieurs percevaient comme le problème de « l’exode des jeunes », les travaux du GRMJ se sont rapidement orientés vers le concept de « migration » entendue comme mobilité géographique hors du lieu d’origine impliquant une certaine durée. Le concept d’exode faisait référence à un certain déterminisme, le plus souvent économique, et au caractère quasi irréversible. Le concept de migration fait plutôt appel au rôle d’acteur social du jeune à l’âge de la socialisation, de la formation de l’identité et de la transition vers la vie adulte. Cette approche théorique pave la voie à une conception plus large de la réalité à l’étude et à diverses attitudes qui atténuent les dimensions négatives de la rétention, généralement associée à l’exode. Ainsi le concept appelle, en amont, la référence au sentiment d’appartenance et, en aval, au pouvoir d’attraction qu’exercent certains lieux. Pendant le processus migratoire, il suggère le maintien du lien avec le milieu d’origine au lieu de la fuite par l’exode. Plus encore, le concept de migration implique ceux d’intégration, tant au lieu d’arrivée qu’à celui du retour, lorsqu’il y a lieu, et d’insertion sociale et professionnelle dans tous les cas. Au-delà de ces considérations d’ordre théorique, l’enquête par entrevue réalisée durant la deuxième moitié de la décennie de 1990 a clairement indiqué que le terme de migration rendait mieux compte de ce que les jeunes disent eux-mêmes de leur parcours : personne ne perçoit son départ comme un exode et peu, parmi les répondants, avaient une représentation négative de leur milieu d’origine. Les motifs de départ avaient un lien étroit avec cette étape du cycle de vie orientée vers la construction de soi et la transition vers la vie adulte. Jugeant important d’analyser le phénomène à partir de ce cadre théorique et du discours des jeunes eux-mêmes, le GRMJ a effectué, au fil des ans, plusieurs recherches de nature empirique. En 1998-1999, il réalisait 102 entrevues en profondeur avec des jeunes migrants et non-migrants. Une vérification statistique s’imposait ensuite. En 1999-2000, le GRMJ conduisait un vaste sondage téléphonique auprès de 5 518 jeunes québécois francophones âgés de 20 à 34 ans. Le choix d’étendre le sondage aux individus de 30-34 ans a été motivé par le besoin d’identifier de manière plus précise la période de la vie où la migration perd de son ampleur. Ce sondage a donné lieu à plusieurs analyses fournissant des éclairages variés et novateurs sur le phénomène de la migration des jeunes, tant à l’échelle nationale1 que régionale. Certaines de ces analyses ont permis de confirmer ou d’apporter des précisions aux résultats de l’enquête qualitative précédente tandis que d’autres ont révélé des aspects insoupçonnés du phénomène, en particulier la possibilité de retour, une représentation généralement positive du lieu d’origine, l’existence d’âges plus sensibles que d’autres à la migration dans le parcours de vie. Deux volumes et plusieurs rapports de recherche et articles ont émané de ces recherches dont on trouve la référence sur le site de l’Observatoire Jeunes et Société : www.obsjeunes.qc.ca. En 2004, soit cinq ans après le premier sondage, le GRMJ reprenait l’enquête et a rejoint, cette fois, 5 997 jeunes adultes de 20-34 ans. Une révision attentive du questionnaire fut effectuée, mais aussi sa traduction en anglais de façon à ce que la langue ne soit pas un obstacle à son administration auprès de l’ensemble de la population jeune du Québec. Des suréchantillons d’anglophones et d’autochtones de même que des suréchantillons régionaux se sont ajoutés à l’échantillon de base dans le but de rejoindre un nombre suffisant de répondants, ce qui permet d’enrichir l’analyse statistique. Le financement de l’échantillon de base et de l’analyse des données provient de l’Alliance de recherche universités/communautés (ARUC) intitulée «Insertion et participation des jeunes en région», subvention obtenue par concours auprès du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada. Le financement du suréchantillon régional provient de la Conférence régionale des élus du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Type de document:Rapport
Date:2006
Lieu de publication:Montréal
Nombre de pages:148
Organisation:INRS-Urbanisation culture et société, Groupe de recherche sur la migration des jeunes migration des jeunes
Sujets:Sciences sociales et humaines > Sciences sociales > Démographie
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences humaines
Mots-clés:Exode rural--Québec (Province)--Saguenay-Lac-Saint-Jean, Intégration sociale--Québec (Province)--Saguenay-Lac-Saint-Jean, Migration intérieure--Québec (Province), Jeunes adultes--Québec (Province)--Saguenay-Lac-Saint-Jean--Conditions sociales, Jeunes adultes--Québec (Province)--Saguenay-Lac-Saint-Jean--Attitudes, Opinion publique--Québec (Province)--Saguenay-lac-Saint-Jean, MIGRATION, JEUNE, REGION, SAGUENAY-LAC-SAINT-JEAN, SONDAGE, 2004-2005, 20-34, RAPPORT
Informations complémentaires:Titulaire du droit d'auteur : © Camil Girard; Martin Simard; Valérie Fortin; Groupe de recherche sur la migration des jeunes
Déposé le:01 janv. 2006 12:34
Dernière modification:09 févr. 2012 01:27
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630