LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

Biologie de la reproduction de la Paruline à gorge grise (Oporornis agilis) dans les pinèdes grises du Lac-Saint-Jean, Canada

Saulnier Marie-Christine. (2011). Biologie de la reproduction de la Paruline à gorge grise (Oporornis agilis) dans les pinèdes grises du Lac-Saint-Jean, Canada. Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi.

[img] PDF
2MB

Résumé

La Paruline à gorge grise est l'une des espèces les plus méconnue d'Amérique du Nord, sans doute en partie parce qu'elle se déplace, se nourrit et niche au sol. Une meilleure compréhension de sa biologie permettrait de mieux gérer ses populations qui sont peu abondantes et localisées partout dans son aire de distribution. En plus des études comportementales, les outils génétiques sont de plus en plus utilisés pour connaître la structure et la qualité d'une population. Comme le territoire actuel de la Paruline à gorge grise dans le nord du Lac-Saint-Jean subit d'importante fragmentation, il y a lieu de s'assurer qu'il demeure encore viable et que les transformations ne gêneront pas ces oiseaux dans leur reproduction. L'objectif principal vise à mieux comprendre la biologie de la reproduction chez la Paruline à gorge grise. Pour ce faire, nous avons travaillé plus spécifiquement sur deux sous-objectifs; 1) compiler les comportements liés à la reproduction et ce pour les deux sexes et 2) élaborer des méthodes d'analyses génétiques à partir d'ADN sanguin plus précisément en déterminant le sexe des jeunes et évaluant leur affiliation parentale.

L'échantillonnage a été réalisé pendant trois étés, de 2007 à 2009. La fréquence de chant des mâles, diverses mesures morphométriques des oiseaux (jeunes et adultes), les mesures de nids ainsi que des oeufs ont été compilés. Des caméras connectées à des DVR (Digital Video Recording) ont enregistré tous les mouvements du comportement des parents pendant l'élevage des jeunes au nid. Du sang a été récolté pour les analyses génétiques chez les jeunes et les adultes.

Les analyses ont démontré que les mâles en couple chantent moins que les mâles seuls. Les célibataires ont un patron de chant très régulier en pleine période de reproduction où les autres mâles (en couple) réalisent d'autres tâches en lien avec la nidification. Ceux qui se reproduisent, ont de quatre à cinq oeufs par nid qui sont incubés par la femelle uniquement, et ce pendant 11 jours. Après l'éclosion, les deux parents s'occupent des soins apportés aux jeunes (nourriture, sac fécal, thermorégulation), mais la nuit, il n'y a que la femelle qui les couve. Les jeunes quittent le nid vers huit jours. L'activité principale de la femelle est de couver les jeunes et celle du mâle est de chercher de la nourriture (hors du nid). Cela change pour la femelle à mesure que les jeunes grandissent, elle a moins besoin de réchauffer les jeunes et s'implique plus dans la recherche de nourriture. Les jeunes semblent être en mesure de réguler seul leur température corporelle vers l'âge de sept jours.

Les deux adultes visitent le nid à un taux similaire et celui-ci augmente en même temps que les jeunes vieillissent, car ils ont besoin de plus en plus de nourriture. Les mâles retirent beaucoup plus de sacs fécaux que les femelles et le nombre de sacs augmentent avec l'âge des jeunes, puisqu'ils mangent davantage. Les adultes ingurgitent les sacs fécaux surtout lorsque les oisillons sont jeunes et les transportent de plus en plus à mesure qu'ils grandissent.

Pour le second sous-objectif, nous avons utilisé des microsatellites créés pour deux autres espèces et qui amplifiaient également avec des oiseaux du genre Oporornis. Cinq loci ont été utilisé pour déterminer l'affiliation parentale malgré le fait que l'équilibre d'Hardy- Weinberg n'était pas rencontré (sans doute en raison du faible échantillonnage). Une étude plus approfondie avec davantage d'échantillons et en ciblant d'autres loci permettrait de réaliser plus efficacement l'affiliation parentale. Néanmoins, avec 5 loci et seulement 3 nids testés nos résultats suggèrent que les pères sociaux étaient également les géniteurs. Ce qui signifie qu'aucune copulation extra-couple ayant donnée un jeune n'a été reconnue pour ces nids. Pour ce qui est de la détermination du sexe des individus, nous avons utilisé une technique connue, mais non évaluée sur la Paruline à gorge grise jusqu'à ce jour et démontré que cette méthode fonctionne avec cette espèce.

Type de document:Thèse ou mémoire de l'UQAC (Mémoire de maîtrise)
Date:2011
Lieu de publication:Chicoutimi
Programme d'étude:Maîtrise en ressources renouvelables
Nombre de pages:63
ISBN:9781412317788
Identifiant unique:10.1522/030285769
Sujets:Sciences naturelles et génie > Sciences naturelles > Biologie et autres sciences connexes
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences fondamentales > Programmes d'études de cycles supérieurs en ressources renouvelables, environnement et biologie
Directeur(s), Co-directeur(s) et responsable(s):Ibarzabal, Jacques
Laprise, Catherine
Mots-clés:Paruline à gorge grise, Paruline à gorge grise--Reproduction, Paruline à gorge grise--Génétique, Paruline à gorge grise--Moeurs et comportement, Ornithologie, Oiseaux--Populations
Déposé le:18 déc. 2012 16:04
Dernière modification:18 déc. 2012 21:04
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630