LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

Caractéristiques, santé psychologique et sexualité de personnes pratiquant ou non des activités fétichistes

Lapointe Nadia. (2013). Caractéristiques, santé psychologique et sexualité de personnes pratiquant ou non des activités fétichistes. Essai doctoral, Université du Québec à Chicoutimi.

[img]
Prévisualisation
PDF
3MB

Résumé

La présente étude s'inscrit dans le cadre de l'Étude sur le Développement et le Comportement Sexuel des Hommes et des Femmes (ÉDECS) menée à l'Université du Québec à Chicoutimi en collaboration avec l'Université de Montréal. La présente étude a évalué et comparé les caractéristiques, la santé psychologique et la sexualité de personnes qui s'affichent comme étant fétichistes et qui affirment pratiquer des activités sociales ou sexuelles en lien avec le fétichisme avec celles d'un groupe de comparaison composé de personnes non fétichistes. Un total de 57 personnes âgées de 18 ans et plus ont participé à l'étude dont 30 personnes qui s'affichent comme étant fétichistes et qui affirment pratiquer des activités sociales et sexuelles en lien avec le fétichisme (âge moyen = 40,1 ans) et 27 personnes qui ne s'affichent pas comme étant fétichistes et qui ne pratiquent pas d'activités sociales en lien avec le fétichisme (âge moyen = 41 ans). Les participants ont répondu à un questionnaire auto-administré composé d'un questionnaire sociodémographique, d'un questionnaire concernant les habitudes de sorties sociales (Lapointe & Côté, 2010), la version française du SCL-90-R (Derogatis, 1977, 1994) qui a été traduite et validée par Fortin et Coutu-Wakulczyk (1985), la version française du Sexual History Scale (SHS; Lalumière, Chalmer, Quinsey, & Seto, 1996) traduite par Côté et Lalumière (1999a), la version française du Sociosexual Orientation Inventory (SOI; Simpson & Gangestad, 1991) traduite par Côté et Lalumière (1999b), la version française de L'Échelle de Kinsey (Kinsey, Pomeroy & Martin, 1948) traduite par Côté et Lalumière (1999c), l'Inventaire des fétiches et des comportements fétichistes (Lapointe, 2010a) et l'inventaire des comportements sexuels autres (Lapointe, 2010b). Les analyses statistiques ont consistées principalement en test t de Student, test du Chi-carré (x2) et en analyses de variance univariée (ANOVA). La présente étude a tout d'abord démontré que les personnes fétichistes ne diffèrent pas signifîcativement des personnes non fétichistes sur la majorité des caractéristiques sociodémographiques. Elles rapportent toutefois être davantage célibataire et avoir une durée significativement plus courte de leur relation de couple que les personnes non fétichistes. Les résultats révèlent également que les personnes fétichistes ne diffèrent pas significativement des personnes non fétichistes quant à leur santé psychologique. Les résultats indiquent des différences significatives en lien avec l'histoire sexuelle des participants. Ainsi, les personnes fétichistes rapportent avoir fait l'expérience de leurs premiers contacts sexuels signifîcativement plus jeune, avoir un nombre signifîcativement plus élevé de partenaires sexuels et un nombre significativement plus élevé de rapports sexuels au cours d'une période inférieure à un mois comparativement aux personnes non fétichistes. Les résultats démontrent aussi que la facilité avec laquelle les participants fétichistes s'impliquent dans les relations intimes ne diffère pas significativement de celle des personnes non fétichistes. Les résultats indiquent que les personnes fétichistes diffèrent significativement des personnes non fétichistes quant à leur orientation sexuelle et qu'ils démontrent significativement moins de comportements et de fantaisies sexuels exclusivement hétérosexuels. Les résultats obtenus révèlent que les personnes fétichistes démontrent un score global d'intérêt fétichiste significativement plus grand que les personnes non fétichistes. Les personnes fétichistes présentent ainsi un nombre significativement plus élevé de fétiches sexuellement excitants. Bien que la majorité des personnes fétichistes rapportent la présence d'un grand nombre de fétiches sexuellement excitants (M = 26,8 fétiches, E.T. ? 13,78), les personnes composant le groupe de personnes non fétichistes rapportent aussi être excités sexuellement par certains fétiches (M= 7,41 fétiches, É.T. = 7,86). De même, bien que plus présents dans les pratiques sexuelles des personnes fétichistes, il y a des comportements fétichistes qui sont aussi pratiqués par les personnes non fétichistes, les plus fréquents étant lécher le fétiche et masturber son/sa partenaire en présence du fétiche. Les résultats ont également permis de préciser que, parmi les participants qui ne pratiquent pas les comportements fétichistes proposés, certaines personnes non fétichistes rapportent avoir de l'intérêt à essayer 23,1% des comportements fétichistes proposés (n=6) alors que les personnes fétichistes démontrent de l'intérêt à essayer plus de 75% des comportements fétichistes proposés (n=20). Enfin, les résultats ont démontré que l'ensemble des comportements sexuels autres sont signifîcativement plus pratiqués par les personnes fétichistes et que, bien que plus pratiqués par les personnes fétichistes, il y a certains comportements sexuels autres qui sont aussi pratiqués par les personnes non fétichistes, les plus fréquents étant pratiquer un « french », avoir des rapports sexuels génitaux, donner du sexe oral, recevoir du sexe oral, se masturber, masturber votre partenaire et fantasmer au sujet du sexe. De même, parmi les participants qui ne pratiquent pas les comportements sexuels autres proposés, les personnes non fétichistes rapportent avoir de l'intérêt à essayer 41,2% (n=21) des comportements sexuels autres proposés alors que les personnes fétichistes rapportent avoir de l'intérêt envers la pratique de plus de 80% (n=42) des comportements sexuels autres proposés. L'intérêt à essayer ces comportements sexuels autres par les personnes non fétichistes varie de 3,8% (visiter des sites Internet échangiste) à 50,0% (se masturber) et de 3,8% (se faire déféquer dessus) à 100,0% (recevoir du sexe oral) chez les personnes fétichistes. Les résultats sont discutés et des perspectives de recherches ultérieures sont proposées.

Type de document:Thèse ou mémoire de l'UQAC (Essai doctoral)
Date:2013
Lieu de publication:Chicoutimi
Programme d'étude:Doctorat en psychologie
Nombre de pages:105
ISBN:9781412318983
Sujets:Sciences sociales et humaines > Sciences sociales > Psychologie
Sciences sociales et humaines > Sciences sociales > Sexologie
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences de la santé > Programmes d'études de cycles supérieurs en psychologie
Directeur(s), Co-directeur(s) et responsable(s):Côté, Karine
Mots-clés:Fétichisme, Vie sexuelle, Sexualité (Psychologie)
Déposé le:31 janv. 2014 09:04
Dernière modification:27 févr. 2014 22:11
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630