LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

Étude exploratoire sur l'implantation, la mise en oeuvre et les retombées du "Projet de référence policière" par différents acteurs du CAVAC Saguenay Lac-Saint-Jean et de la Sûreté du Québec MRC du Fjord du Saguenay

Villeneuve Émilie. (2013). Étude exploratoire sur l'implantation, la mise en oeuvre et les retombées du "Projet de référence policière" par différents acteurs du CAVAC Saguenay Lac-Saint-Jean et de la Sûreté du Québec MRC du Fjord du Saguenay. Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi.

[img]
Prévisualisation
PDF
8MB

Résumé

Tous les jours, au Québec, plusieurs individus sont victimes de crimes contre la personne ou contre les biens. Ainsi, ces hommes et ces femmes peuvent avoir subi de la violence physique, psychologique, verbale, économique ou sexuelle. Ces événements engendrent, chez ces victimes, de nombreuses conséquences, telles que : (a) des blessures, des maladies ou des souffrances physiques, (b) des atteintes psychologiques ou des problèmes de santé mentale ou (c) des conséquences sociales affectant la vie de celles-ci. Parallèlement à cela, ces personnes doivent prendre une décision importante, soit celle de dénoncer ou non l'événement vécu aux policiers. Cette dénonciation peut représenter l'entrée du dossier policier dans le système de justice criminelle. Cependant, cette dénonciation ne permet pas nécessairement aux victimes d'accéder aux ressources pouvant leur venir en aide. Afin d'améliorer l'accès aux services disponibles pour les victimes d'actes criminels, le «Projet de référence policière » a été mis sur pied, en mai 2010. Ce projet avait pour objectif de resserrer le partenariat entre le Centre d'aide aux victimes d'actes criminels (CAVAC) et la Sûreté du Québec (SQ) dans la région du Saguenay-Lac- Saint-Jean. Depuis son implantation, l'objectif général de ce projet-pilote est de diminuer le délai entre l'intervention du CAVAC et le crime, afin d'offrir des services pouvant répondre aux besoins des victimes.

Afin de présenter le point de vue de divers acteurs du CAVAC et de la SQ quant à l'implantation, la mise en oeuvre et les retombées de ce projet-pilote, cette recherche qualitative s'est réalisée en trois volets, soit : (a) une entrevue individuelle, abordant l'implantation et la mise en oeuvre du « Projet de référence policière », (b) une entrevue de groupe, soulevant les retombées de ce projet et (c) la consultation de la documentation fournie par le CAVAC et la SQ. Pour le premier volet, neuf personnes ont été rencontrées, il s'agit : d'intervenantes sociales du CAVAC (n=7), de la directrice de cet organisme (n=l), de même que de la responsable du projet-pilote à la SQ (n=l). En ce qui concerne l'entrevue de groupe, huit intervenantes sociales du CAVAC ont participé à celle-ci.. Finalement, la documentation transmise par la SQ et le CAVAC a été utilisée pour approfondir et mettre en contexte les résultats.

Privilégiant une perspective bioécologique, ce mémoire expose les caractéristiques environnementales ayant facilité ou entravé l'implantation et la mise en oeuvre du projetpilote entre juillet 2010 et novembre 2011. Pour ce faire, un portrait de l'implantation du projet est d'abord dressé, à la lumière de la documentation produite par les différents partenaires et du discours des acteurs impliqués. Dans un deuxième temps, les résultats associés à l'exploration de la mise en oeuvre du projet permettent de faire un parallèle entre les changements attendus à la suite de son implantation et ceux qui ont été concrètement observés en matière de prestation de services. Finalement, les retombées du projet-pilote sont estimées en lien avec les changements observés chez la clientèle.

En ce qui a trait aux résultats, il importe de souligner que l'ensemble des principaux objectifs contenus dans l'entente unissant les deux partenaires semble avoir été atteint, selon le point de vue des répondantes. En effet, les changements apportés dans le partenariat entre les policiers de la SQ et les intervenantes sociales du CAVAC auraient permis d'améliorer les services offerts aux victimes, de diminuer les conséquences traumatisantes vécues par celles-ci, de les contacter plus rapidement et de leur offrir les services du CAVAC. Par la suite, plusieurs facteurs facilitants et certains obstacles, généralement identifiés dans les écrits portant sur des programmes de collaboration, ont également été soulevés par les répondantes par rapport à l'implantation et la mise en oeuvre du « Projet de référence policière ». En effet, à l'instar des travaux recensés, la présente étude constate que la coordination, la concertation, la collaboration, le soutien financier et les rapports harmonieux semblent garants du succès d'un programme de collaboration. Toutefois, ce mémoire se distingue des autres études réalisées à ce jour en révélant d'autres facteurs susceptibles de jouer un rôle important dans l'implantation et dans la mise en oeuvre d'un projet de collaboration tels que l'engagement des intervenants sociaux envers le projet et la mission de l'organisation, ainsi que le professionnalisme et l'expérience professionnelle des acteurs impliqués. Finalement, cette recherche identifie certaines caractéristiques chez les intervenants sociaux qui semblent favorables à l'implantation d'un programme, tels que l'engagement de ceux-ci envers la mission de l'organisation et le mandat du projet, leur professionnalisme, leur implication et leur approche respectueuse en intervention. En effet, cette étude démontre, également, que le climat de confiance entre les partenaires est primordial. Ce climat irait au-delà de la simple référence des victimes vers l'organisme pouvant répondre le plus adéquatement à leurs besoins, en impliquant plutôt un sentiment d'appartenance entre les organisations. En somme, certaines recommandations énoncées dans cette recherche concernent davantage la promotion du projet dans les organisations concernées ainsi que dans la population, l'implication des partenaires dans le processus d'implantation, la présence d'une intervenante du CAVAC au poste de la SQ et, finalement, la formation plus accrue des policiers sur les conséquences de la victimisation.

Type de document:Thèse ou mémoire de l'UQAC (Mémoire de maîtrise)
Date:2013
Lieu de publication:Chicoutimi
Programme d'étude:Maîtrise en travail social
Nombre de pages:213
ISBN:9781412319263
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences humaines > Unité d'enseignement en travail social
Directeur(s), Co-directeur(s) et responsable(s):Leclerc, Christiane B
Pouliot, Ève
Déposé le:06 juin 2014 08:25
Dernière modification:20 mai 2016 15:45
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630