LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

Les représentations sociales de la collaboration chez les intervenants sociaux du Centre jeunesse et des Centres de santé et de services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean oeuvrant auprès des jeunes présentant des troubles mentaux

Dufour Mélanie. (2013). Les représentations sociales de la collaboration chez les intervenants sociaux du Centre jeunesse et des Centres de santé et de services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean oeuvrant auprès des jeunes présentant des troubles mentaux. Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi.

[img]
Prévisualisation
PDF
6MB

Résumé

Le présent mémoire explore les activités de collaboration réalisées entre le Centre jeunesse (CJ) et les centres de santé et de services sociaux (CSSS) de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean (SLSJ) lors d'interventions auprès de jeunes présentant des troubles mentaux (TM). Plus précisément, cette étude vise à connaître les représentations sociales de la collaboration chez ces acteurs des services sociaux jeunesse en santé mentale. Les quatre objectifs spécifiques de la recherche, sont les suivants: (a) identifier les connaissances de la collaboration chez les intervenants sociaux du CJ et des CSSS de la région et, ensuite, en déterminer la provenance; (b) explorer les images les plus évocatrices qu'ont les intervenants à propos de la collaboration; (c) découvrir quelles attitudes ils adoptent lors d'activités de collaboration entre le CJ et les CSSS de la région; et, (d) déterminer s'il existe des convergences et des divergences dans le contenu des représentations sociales de la collaboration entre les intervenants sociaux des deux milieux institutionnels. Afin d'explorer le contenu des représentations sociales de la collaboration des intervenants sociaux oeuvrant auprès déjeunes présentant des TM en CJ et en CSSS, une méthode de recherche qualitative exploratoire a été appliquée. C'est ainsi que cinq intervenants sociaux du CJ-SLSJ et cinq autres des CSSS de cette même région ont été recrutés afin de participer à des entrevues semi-dirigées entre les mois d'avril et de juin 2010. De plus, des cartes associatives, technique de recherche propre à l'étude des représentations sociales, ont été complétées au cours de cette même rencontre avec les intervenants sociaux.

Les principaux résultats de la recherche démontrent que les intervenants sociaux du CJ-SLSJ et des CSSS-SLSJ ont une vision consensuelle de la définition de la collaboration, à savoir qu'il s'agit d'un travail d'équipe, entre partenaires, orienté vers des objectifs communs d'intervention et une complémentarité des expertises afin de répondre adéquatement aux besoins des jeunes et leurs familles. Les différentes activités de collaboration répertoriées dans cette étude concernent davantage les transferts personnalisés, la réalisation de plans de services individualisés et les équipes d'intervention jeunesse. Par la suite, les participants ont beaucoup insisté sur les caractéristiques du savoir-être que doivent posséder les intervenants sociaux pour favoriser de bonnes activités de collaboration entre les deux établissements. Pour eux, des attitudes d'ouverture, de respect, de reconnaissance et de professionnalisme envers les autres intervenants sont indispensables. D'autre part, cette étude révèle que les connaissances reliées directement aux contextes d'intervention et de l'organisation des établissements du milieu peuvent venir influencer l'état de la collaboration, et ce, surtout en ce qui concerne les jeunes présentant des TM. En effet, si l'intervenant connaît davantage les établissements du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS), il serait davantage porté à aller chercher les bonnes personnes pour collaborer et il serait en mesure de mieux référer les jeunes dans le besoin et leurs familles. Qui plus est, une bonne connaissance des manifestations des TM peut favoriser un consensus dans les moyens d'intervention privilégiés avec un jeune et sa famille, ce qui permet de limiter le plus possible les mésententes au sujet du processus d'intervention entre les différents intervenants impliqués. En ce qui concerne le deuxième objectif poursuivi par cette étude, les participants ont présenté la communication comme l'image la plus évocatrice de la collaboration. En effet, ceux-ci sont catégoriques sur le fait qu'une excellente communication influence positivement le déroulement d'activités de collaboration. Cette communication est associée, dans le discours des répondants, à quatre principales caractéristiques : (a) la qualité de la transmission des messages, soit un message clair, une bonne écoute et de la compréhension; (b) une utilisation des moyens de communication, tels que des rencontres mieux planifiées et des retours d'appel fait rapidement; (c) la création d'un langage professionnel commun; (d) l'expression des craintes et des attentes de chaque intervenant en début de processus de collaboration. Par ailleurs, les résultats de cette recherche indiquent que les intervenants sociaux adoptent une attitude positive et favorable envers les activités de collaboration impliquant le CJ et les CSSS de la région. Cette attitude serait positivement associée à la confiance démontrée par les gestionnaires, de même qu'au soutien obtenu de la part de ces derniers. À l'inverse, les participants ont indiqué que cette attitude pouvait toutefois être influencée négativement par une charge de travail trop importante. Enfin, bien peu de divergences ont été observées dans le contenu des représentations sociales de la collaboration chez les intervenants sociaux des deux milieux à l'étude. Par contre, il est possible de nommer l'impression des participants des CSSS sur le fait que les intervenants sociaux du CJ manquaient de connaissances au sujet des Tfyl chez les jeunes. Dans le même sens, les répondants du CJ ont l'impression de faire l'objet de préjugés et de jugements négatifs en raison de leur appartenance professionnelle au CJ. En somme, cette étude apporte un certain éclairage sur les représentations sociales de la collaboration entre les services du CJ-SLSJ et des CSSS du SLSJ et les facteurs contribuant à favoriser cette collaboration. Malgré la pertinence de cette démarche, il importe toutefois de noter que les résultats du présent mémoire ne peuvent être généralisés en raison de son échantillon limité. Par conséquent, davantage d'études sur l'état de la collaboration entre les services sociaux jeunesse et en santé mentale sont nécessaires afin de pouvoir répondre plus adéquatement aux besoins de ces jeunes qui présentent souvent des situations de vie complexes.

Type de document:Thèse ou mémoire de l'UQAC (Mémoire de maîtrise)
Date:2013
Lieu de publication:Chicoutimi
Programme d'étude:Maîtrise en travail social
Nombre de pages:267
ISBN:9781412319676
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences humaines > Unité d'enseignement en travail social
Directeur(s), Co-directeur(s) et responsable(s):Leclerc, Christiane B
Pouliot, Ève
Déposé le:06 juin 2014 08:26
Dernière modification:20 mai 2016 15:45
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630