LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

Adaptation et transition dans un OSBL à vocation résidentielle pour personnes agées : motifs de changement de milieu de vie et processus d'appropriation de son chez-soi

Duchesneau-Bergeron Amy. (2013). Adaptation et transition dans un OSBL à vocation résidentielle pour personnes agées : motifs de changement de milieu de vie et processus d'appropriation de son chez-soi. Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi.

[img]
Prévisualisation
PDF
4MB

Résumé

Depuis les dernières années, il est possible de constater que les personnes âgées sont de plus en plus présentes dans le paysage québécois. Graduellement, les baby-boomers passent le cap qui les séparait de l'âge de 65 ans. Selon l'Institut de la Statistique du Québec (2010), en 1981, les personnes âgées représentaient 8,8 % de la population Québécoise, soit 573 209 aînés. En 2007, ce pourcentage est passé à 14,4 %, soit plus d'un million de personnes âgées de 65 ans ou plus (environ 1 105 517) (Institut de la Statistique du Québec, 2010). En 2010, ce nombre atteignait 1 211 589, soit 15,3 % de la population (Institut de la Statistique du Québec, 2010). Le plus récent recensement de Statistique Canada fait en 2011 a démontré qu'entre 2006 et 2011, le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus a augmenté de 14 %. Fait important à noter, les hommes et les femmes ne sont pas représentés de façon équitable au regard de leur répartition au sein de ce groupe d'âge. En effet, en 2010, chez les personnes âgées entre 65 et 74 ans, 52,4 % étaient des femmes et 47, 6 % étaient des hommes. Ce pourcentage augmente de façon significative chez les gens âgés de 75 ans ou plus passant à 60, 9 % de femmes contre 39,1 % d'hommes (Institut de la Statistique du Québec, 2010). Toujours selon le même Institut, les personnes de 65 ans ou plus ont longtemps représenté seulement 5 % de la population. Il en est tout autrement aujourd'hui et dans quelques années, le portrait sera encore différent. En effet, la proportion d'aînés au Québec, sera de 26 % en 2031 et de 28 % en 2056 (Institut de la Statistique du Québec, 2010). Force est de constater, en prenant connaissance de ces données, que la population québécoise est vieillissante et qu'au cours des prochaines années, les individus âgés de 65 ans ou plus représenteront un fort pourcentage de celleci.

Pour diverses raisons, avec l'avancement en âge, des personnes âgées se voient dans l'obligation de quitter leur maison, leur chez-soi, afin de demeurer dans un endroit plus adapté à leur situation personnelle, économique ou sociale. Bon nombre d'auteurs se sont penchés sur cette transition, (Bardi & Ryf, 2007; Bresse., Fortin & Despré, 2010 ; Castle, 2001; Che-Alford.& Stevenson, 1998; Lee, 2010; Lin, 2005; Maheu & Reidy, 2002), mais peu d'entre eux ont abordé de façon approfondie les raisons qui sont à l'origine de ce changement de milieu de vie. Les aspects qui ont pu ou auraient pu aider ces aînés à faire face aux différents stress vécus tout au long des multiples étapes qu'ils doivent surmonter, ont été également peu abordés. Pourtant, ce changement de milieu de vie représente la perte d'un élément important: son chez-soi (Serfaty-Garzon, 2010). À ce sujet, certaines études démontrent l'importance que prend un domicile propre à soi dans la vie de tout individu, et ce, peu importe l'âge (Oswald & Wahl, 2005; Serfaty-Garzon, 2010).

Mallon (2007) explique qu'un déménagement en maison de retraite est toujours un choc pour l'aîné qui vit cette transition. S'ajoutent à cette épreuve une arrivée dans un milieu de vie où un nombre important de gens âgés y vivent et une nécessité de s'habituer à la différence qui existe entre une vie solitaire et une vie collective ainsi qu'entre un environnement intime et un environnement impersonnel (Mallon, 2007). Dorange (2005) va dans le même sens et ajoute que quitter sa maison est un moment difficile pour les personnes âgées, mais qu'il en va de même pour leurs membres de la famille qui voient souvent dans ce déménagement, la maison changer de mains. Cette perte peut faire vivre aux aînés un traumatisme faisant naître une impression de ne plus s'appartenir, de ne plus se reconnaître, car le domicile fait partie intégrante de l'identité personnelle des individus (Dorange, 2005).

Dans le cadre de la présente étude, il a été choisi de documenter les processus d'adaptation que mettent en place les personnes âgées qui vont vivre dans un organisme à but non lucratif à vocation résidentielle (OSBL) afin de s'approprier leur nouveau chez-soi. Nous souhaitons également identifier les motifs justifiant le changement de milieu de vie des aînés, les conséquences de ce choix sur leur santé biopsychosociale ainsi que les facteurs qui contribuent ou qui nuisent à leur adaptation dans l'OSBL où ils ont décidé de s'installer. Avec le nombre de plus en plus grandissant de personnes âgées, il est important de bien cerner ce qui les poussent à changer de domicile et comment se vit cette étape. Cette étude permettra alors d'identifier quels genres de soutien, d'appuis, d'écoute et de compréhension ont besoin les personnes âgées pour faire face aux répercussions que cause cette transition sur leur santé physique et psychologique et ainsi augmenter les chances que l'adaptation dans un nouveau milieu de vie se fasse plus en douceur.

Ce mémoire comporte différents chapitres. Le premier est destiné à documenter la problématique à l'étude. Le second est consacré à l'état des connaissances. Dans un premier temps, les concepts de personnes âgées et d'organisme à but non lucratif y sont définis. Des informations sont aussi apportées quant aux motifs qui justifient un déménagement en résidence, au processus d'adaptation des personnes âgées et aux effets de l'admission en résidence sur la santé et la qualité de vie des personnes âgées ainsi qu'aux moyens pouvant faciliter l'adaptation des aînés à leur nouveau milieu de vie.

Pour sa part, les troisième et quatrième chapitres présentent le cadre théorique utilisé pour appréhender la réalité que nous étudions et apportent des renseignements sur la méthodologie de la présente étude. Ce cadre théorique porte sur l'approche systémique ainsi que sur le concept du chez-soi. Au sein du chapitre traitant de la méthodologie à l'étude, des renseignements sont apportés concernant le type de recherche et ses objectifs, le milieu et la population à l'étude et le mode de recrutement des participants, les stratégies et les instruments de collecte de données ainsi que l'analyse de ces dernières. Les considérations d'éthique, de pertinence de l'étude ainsi que des forces et des limites de ce mémoire sont aussi présentées. Enfin, dans les deux derniers chapitres, les résultats de la présente étude sont présentés et discutés à la lumière des écrits existants.

Type de document:Thèse ou mémoire de l'UQAC (Mémoire de maîtrise)
Date:2013
Lieu de publication:Chicoutimi
Programme d'étude:Maîtrise en travail social
Nombre de pages:164
ISBN:9781412319713
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences humaines > Unité d'enseignement en travail social
Directeur(s), Co-directeur(s) et responsable(s):Maltais, Danielle
Déposé le:06 juin 2014 08:26
Dernière modification:06 juin 2014 12:26
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630