LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

L'apport de la relation thérapeutique dans le rétablissement des personnes atteintes d'un trouble mental grave

Tremblay Marjolaine. (2015). L'apport de la relation thérapeutique dans le rétablissement des personnes atteintes d'un trouble mental grave. Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi.

[img] PDF
3MB

Résumé

Ce mémoire explore les différents apports de la relation thérapeutique dans le rétablissement des personnes atteintes d'un trouble mental grave (TMG). Depuis les années 1980, la vision du rétablissement s'est popularisée dans les systèmes de soins en santé mentale (SM), laissant de côté l'approche biomédicale où la maladie est vue comme une situation chronique, pour une perspective plus positive caractérisée par l'espoir d'un avenir meilleur. Le rétablissement est un processus unique, personnel et multidimensionnel. Malgré tout, on peut cerner certains facteurs individuels, environnementaux et liés à l'intervention des professionnels en SM pouvant l'influer. Même si les personnes ne recevant pas de services de la part d'intervenants en SM peuvent se rétablir, la relation entre la personne et l'intervenant peut avoir des effets bénéfiques sur le rétablissement. On nomme cette relation : la relation thérapeutique (RT). Les études visant à explorer le lien entre la RT et les résultats des interventions prouvent que la RT à des effets modérés mais constants. Par contre, on en sait encore peu sur ce qui permet d'expliquer ces effets. Cette étude vise donc trois objectifs : a) décrire les caractéristiques de la RT entre la personne et l'intervenant selon les quatre dimensions d'un modèle exploratoire décrit dans le cadre conceptuel, b) situer la RT dans le réseau de soutien social de la personne et c) décrire les bénéfices engendrés par la RT en fonction des facteurs de rétablissement. Pour ce faire, un devis de recherche qualitatif exploratoire a été utilisé. Dans trois organismes communautaires de la ville de Saguenay, onze personnes atteintes de TMG ayant une RT significative avec un intervenant ont été recrutées afin de participer à une entrevue semi-dirigée. Selon le cadre conceptuel et les résultats obtenus, un modèle exploratoire de la RT a été élaboré. Ce modèle décrit les éléments contribuant à former une RT positive et comprend cinq dimensions : la dimension humaine, thérapeutique, de collaboration, contextuelle et individuelle. Toutes ces dimensions sont intereliées, mais la dimension humaine de la RT semble être la plus importante aux yeux des participants. Ceux-ci rapportent que les intervenants avec qui ils entretiennent une RT positive ont des qualités humaines profondes telles que l'écoute, le respect et l'empathie qui font d'eux de « bons intervenants ». La dimension thérapeutique est davantage liée aux résultats des interventions et permet qu'elles soient efficaces. La dimension de collaboration inclut les aspects relationnels qui caractérisent la nature des rapports entre la personne et l'intervenant. Tandis que la dimension contextuelle fait référence aux facteurs temporels et environnementaux qui influencent l'établissement de la RT. Pour ce qui de la dimension individuelle, il s'agit des éléments se rapportant aux personnes elles-mêmes et qui ont un effet sur la façon dont la relation s'établit ou est perçue par la personne. De plus, les résultats démontrent que la RT entre la personne et les intervenants significatifs peut avoir divers effets sur les facteurs liés au rétablissement. Pour ce qui est des facteurs individuels (espoir et optimisme; sens de soi; prise de conscience de son potentiel personnel; buts, travail et autres activités professionnelles; autodétermination et appropriation du pouvoir) une RT positive contribue à susciter une amélioration de la confiance en soi, en ses capacités et en un avenir meilleur. Cela peut se faire en prenant comme exemple certaines caractéristiques des intervenants, par des encouragements, le développement ou le renforcement d'habilités et l'incitation à l'autonomie. Concernant les facteurs environnementaux (soutien social, circonstances et possibilités), les intervenants significatifs ont une place importante quoique imprécise dans le réseau social des personnes. Bien qu'ils ne soient pas les individus les plus intimes, ces intervenants sont quand même considérés comme des proches. En moyenne, les participants comptent quatre intervenants dans leur réseau social, ce qui est presque autant que le nombre d'amis. Ces intervenants apportent du soutien particulièrement au niveau émotionnel et pour les besoins d'information et de conseils. Leur rôle dans le réseau social est principalement de sauvegarder l'intégralité du réseau en donnant un répit aux membres de la famille et aux amis. De plus, les intervenants sont aussi appelés à mettre en place des conditions favorisant le rétablissement en orientant la personne vers des ressources répondant à ses besoins et en la mettant dans des situations où elle peut tester ses habiletés et compétences. Finalement, on remarque d'autres facteurs liés à l'intervention des professionnels influencés par une RT positive. Il s'agit de l'implantation d'une saine routine de vie et du soutien dans la gestion des symptômes psychiatriques. Cette étude rapporte aussi trois modèles de terminaison de la RT. Le deuil de la relation fait référence aux personnes rapportant une fin de relation négative. Ce modèle est caractérisé par l'absence de choix face à la terminaison de la relation et le besoin de soutien encore présent. Contrairement au deuxième modèle, l'avancement vers quelque chose de nouveau, où les personnes ont décidé de mettre fin à la relation. Selon les personnes faisant partie de ce modèle, la terminaison signifie qu'elles ont franchi une étape dans leur cheminement. Finalement, certaines personnes n'anticipent pas la terminaison de la relation principalement car elles considèrent que celle-ci a évolué vers une relation d'amitié. Compte tenu de l'influence de la RT dans le processus de rétablissement des personnes atteintes d'un TMG, il serait pertinent de former les intervenants et les futurs intervenants aux dimensions la constituant et de les sensibiliser à son importance. Cependant, d'autres études seront nécessaires afin de préciser ses mécanismes d'action.

Type de document:Thèse ou mémoire de l'UQAC (Mémoire de maîtrise)
Date:Février 2015
Lieu de publication:Chicoutimi
Programme d'étude:Maîtrise en travail social
Nombre de pages:217
ISBN:Non spécifié
Sujets:Sciences sociales et humaines > Sciences sociales > Psychologie
Sciences sociales et humaines > Sciences sociales > Service social et travail social
Sciences de la santé > Sciences médicales > Psychiatrie
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences humaines > Unité d'enseignement en travail social
Directeur(s), Co-directeur(s) et responsable(s):Bergeron-Leclerc, Christiane
Mots-clés:alliance thérapeutique, relation thérapeutique, rétablissement, santé mentale, travail social, trouble mental, therapeutic alliance, therapeutic relationship, working alliance, recovery, mental disorder, mental health, social work
Déposé le:10 févr. 2016 16:22
Dernière modification:11 févr. 2016 23:37
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630