LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

Notre langue est un teuehikan

Bacon Marco. (2005). Notre langue est un teuehikan. Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi.

[img]
Prévisualisation
PDF
1MB

Résumé

« Si seulement vous en veniez à connaître nos paroles et preniez le temps d'y réfléchir, vous sauriez qu'elles sont vraies et précieuses. Ces enseignements sont de ceux que vous voudriez un jour enseigner à vos enfants. Mais si peu d'entre vous nous écoutent encore, alors que vous êtes maintenant si nombreux. Tout dépend donc de ceux, si rares, qui veulent apprendre. Vous ne serez jamais seuls. Vous apprendrez une chose après l'autre et les anciens vous aideront. Puis plus vous apprendrez, plus vous pourrez relier les choses entre elles et comprendre. Et ainsi c'est ceux d'entre vous qui sont vraiment intéressés qu'il revient d'écouter et de comprendre ce que nous disons. Un jour, vous serez respectés. Et l'on recherchera vos conseils... Les gens vous verront comme un feu vivant et étincelant. »

Ancien Navajo, « La pensée sauvage », Le Nouvel observateur, no 51, juillet/août 2003, p. 72.

Cette démarche est en premier lieu un travail de réflexion et de recherche sur la langue innu [noter que nous utilisons ici « innu » de façon invariable quant au masculin et au féminin, puisque le mot innu ne reconnaît pas ces genres qui sont propres au français]. Sur plusieurs années et à des contextes différents, la langue innu a perdu de sa vitalité. Dans plusieurs communautés autochtones du Québec et même du Canada le niveau de déperdition des langues autochtones est très élevé. Certaines l'ont perdue et d'autres attendent leur tour comme impuissant face à la situation. Il n'est déjà pas facile de maintenir une langue vivante, imaginez quant il faut la ressusciter. Nous avons tendance à penser qu'en écrivant cette langue elle restera intacte pour la vie. Et elle est là l'erreur. Car les mots laissés sur du papier sont démunis d'empreintes sonores. Comme le teuehikan, les sons ou la vibration que produit la langue innu sont en même temps le souffle qui maintient en vie des milliers d'années d'histoire et de culture du peuple Innu.

Type de document:Thèse ou mémoire de l'UQAC (Mémoire de maîtrise)
Date:2005
Lieu de publication:Chicoutimi
Programme d'étude:Maîtrise en art
Nombre de pages:95
ISBN:1412312388
Identifiant unique:10.1522/24057752
Sujets:Sciences sociales et humaines > Sciences humaines > Linguistique
Sciences sociales et humaines > Sciences sociales > Communication
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des arts et des lettres > Programmes d'études de cycles supérieurs en arts
Directeur(s), Co-directeur(s) et responsable(s):La Chance, Michaël
Mots-clés:Innu (Langue)--Québec (Province), Autochtones--Identité ethnique, Innu (Language)--Quebec (Province), Indigenous peoples--Ethnic identity, THESE, AUTOCHTONE, CULTURE, INNU, LANGUE, TRANSMISSION
Déposé le:01 janv. 2005 12:34
Dernière modification:08 mai 2013 23:38
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630