LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

Le sommet socio-économique de la M.R.C. Antoine-Labelle : 1991-1995 : une forme de mouvement social, un mécanisme d'adaptation, une forme de développement endogène?

Cyr, Yves. (1995). Le sommet socio-économique de la M.R.C. Antoine-Labelle : 1991-1995 : une forme de mouvement social, un mécanisme d'adaptation, une forme de développement endogène? Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi ..

[img]
Prévisualisation
PDF
12Mb

Résumé

Le Conseil des affaires sociales dans son livre «Agir Ensembles » a classé, selon un nombre d'indicateurs à la fois sociaux et économiques, les M.R.C. du Québec et ce, en méfiant en comparaison Ses années 1981-86. Diverses cotes ont été retenues, soit de A à E, Sa cote E signifiant état précaire, soit la pire cote. La M.R.C. Antoine-Labelle, prenant conscience de cette analyse, a eu la désagréable surprise de constater que comme M.R.C, elle était classée E au niveau économique et social. En fait des études de l'extérieur venaient confirmer ce que beaucoup savaient, notre M.R.C est aux prises une désolation touchant certains de ses concitoyens.

Devant cet état de faits, la M.R.C Antoine-Labelle a voulu agir et même réagir. Pour ce, elle a regroupé autour d'un thème révélateur « Ensemble pour s'en sortir » divers intervenants, afin de préparer ce qui correspond à un sommet socioéconomique de la M.R.C. Antoine-Labelle.

Les termes «mouvement social, développement endogène et partenariat» deviennent Se vocabulaire d'un comité orienteur chargé de mener à bien ce défi du sommet.

Les intervenants identifiés correspondent entre autres à la Commission scolaire, te diocèse, les syndicats, les institutions financières, l'agriculture, les environnementalistes, le tourisme, les loisirs, la culture, la forêt.

Ces partenaires forment sept tables de travail afin de définir des projets susceptibles de créer de l'emploi. En plus de ce mandat, on doit aussi définir des axes de développement pour les cinq prochaines années.

Agriculture: Président : Jean-Pierre Jolicoeur, préfet M.R.C. Antoine-Labelle Vice-président : Bernard Emard, maire du Lac du Cerf Secrétaire : Jacques Supper, fonctionnaire M.R.C.

Développement économique (fonds-concertation et de suivi) : Président : Jacques Brisebois, maire de Mont-Laurier Vice-président : Pierre Valois, Caisse Populaire Secrétaire : Pierre Laframboise, Banque Nationale

Tourisme, Culture, Loisirs : Présidente : Lucie Binette, Chambre de Commerce Vice-président : Carol Lafontaine, citoyen de Ferme-Meuve Secrétaire : Christine Labrecque, agent de développement du CIDEL

Forêts, Mines, Industries : Président : Claude Radermaksr, président C A du CJDEL Vice-président : Robert Boucher, représentant CSM-FTQ-CFQ Luc Lefebvre : commissaire industriel

Emploi, Formation Président : Gilles Létourneau, président CSPN Vice-Président : Leopold Martine, représentant adulte CSPM Anne-Marie Mayrand : Université du Québec à Hull

Développement humain Président : Jean Levert, Diocèse Vice-Président : Alain Florin, Diocèse Secrétaire : André Ducharme, CLSC

Environnement et développement durable Président : Raymond Racine, maire de la Macaza Vice-président : Real Richer, environnementaliste Secrétaire : Alain Tardif, MRCAL

L'exercice passe par diverses étapes: la tournée de consultation des citoyens, le forum ou recherche d'appui, le sommet, J'annonce des projets, la définition des forces et des faiblesses de la M.R.C. et finalement, la création d'une commission de création d'emplois et de suivi au sommet et ce, pour la M.R.C. Antoine-Labelle.

Somme toute, il convient de cibler divers éléments de mobilisation, d'actions de recherche dans cet exercice relativement unique au niveau d'une M.R.C.; une sorte de vision qui passe par l'approbation d'une portion de territoire.

L'objectif ultime pour Sa M.R.C Antoine-Labelle est la qualité de vie de ces concitoyens. On cible souvent deux Québec en un. De même, on peut cibler la M.R.C Antoine-Labelle comme pauvre par rapport à la région des Laurentides, question de perspective.

Pour ? faire, cette recherche s'appuie sur une base théorique qui fait appel à ce qui est convenu d'appeler le mouvement social tel que présenté par Alain Touraine dans «La voix et le regard» entre autres. En ce qui concerne le développement endogène, les grilles de dévitalisation ainsi que 3es visions théoriques et pratiques du développement local sont illustrées et commentées.

Il est pertinent de souligner que le mouvement social implique la naissance et l'action d'un acteur historique. Cet acteur dans le cadre de cette recherche est la M.R.C.A.L. En effet, depuis sa création en 1983, son mandat centré sur l'aménagement physique de son territoire a laissé place à une vision beaucoup plus sociale. La M.R.C.A.L est devenue clans cet espace, tant l'initiateur, tant le moteur d'une démarche qui surgit clans une suite logique, une espèce de séquence passant de la prise de conscience, à un geste isolé, à une action revendicatrice, puis à une mobilisation orchestrée touchant l'aspect social et économique de ces citoyens. L'expérience n'est pas unique, car la M.R.C. de l'Or Blanc, en 1985, traçait une ligne entre les sommets socio-économique des années 80 souvent associée à la liste d'épicerie en terme de projets. La particularité de l'action menée par la M.R.C.A.L. est simple : ce sommet s'est tenu par et pour les gens de la M.R.C. De plus, il a même été financé par le milieu. Cette forme particulière de sommet fait appel à une adaptation du déjà vécu, ce qui constitue bien sur un changement et aussi de part son action dans le temps une forme de mouvement social. De plus, cette mobilisation retrouve sa justification dans des actions qui peuvent être associées è une forme de développement endogène. De façon froide et logique, l?analyse nous permet d'associer la grande phase de faction è une- démarche qui peut ressembler à une planification stratégique des actions.

Cet exercice situe la M.R.C. comme un intermédiaire nouveau de concertation. La M.R.C devient, par son leadership, maître d'oeuvre d'un exercice de concertation. Elle a su développer son expertise par un appel à l'aide. Cet appel a été entendu des citoyens, des décideurs, l'exercice constitue une forme nouvelle de développement : le milieu comme acteur et initiateur, et pour ce faire, celui-ci a appuyé sans réserve cet exercice de sensibilisation et de mobilisation.

Type de document:Thèse ou mémoire de l'UQAC (Mémoire de maîtrise)
Date:1995
Lieu de publication:Hull
Programme d'étude:Maîtrise en études régionales
Nombre de pages:280
ISBN:1412311993
Identifiant unique:10.1522/18323640
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences humaines > Programmes d'études de cycles supérieurs en interventions régionales
Directeur(s), Co-directeur(s) et responsable(s):Proulx, Marc-Urbain
Mots-clés:Municipalités régionales de comté, Mouvements sociaux, Partenaires sociaux, Politique économique, Regional county municipalities, Social movements, Economic policy, THESE, SOCIOECONOMIE, MRC, SOCIAL, SOCIETE, DEVELOPPEMENT, ADAPTATION, PARTENARIAT, ENDOGENE, CONSULTATION, DEVITALISATION
Déposé par:Bibliothèque Paul-Émile-Boulet
URL:http://bibliotheque.uqac.ca
Déposé le:01 janv. 1995 07:34
Dernière modification:20 sept. 2011 11:33
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630