LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

Effet de l'exercice aigu sur la synthèse et dégradation protéique du muscle squelettique chez les personnes atteintes de dystrophie myotonique de type 1: Étude de séries de cas / Effect of acute eccentric exercise on skeletal muscle hypertrophy and atrophy signalling pathways in men with myotonic dystrophy type 1

Roussel Marie-Pier, Hébert Luc J., Ribeiro Fernanda, Schoser B., Gagnon Cynthia et Duchesne Élise. (2017). Effet de l'exercice aigu sur la synthèse et dégradation protéique du muscle squelettique chez les personnes atteintes de dystrophie myotonique de type 1: Étude de séries de cas / Effect of acute eccentric exercise on skeletal muscle hypertrophy and atrophy signalling pathways in men with myotonic dystrophy type 1. Dans : 2e Congrès québécois de recherche en adaptation-réadaptation — La réadaptation en action! , 18-19 mai 2017, Montreal, Canada.

[img]
Prévisualisation
PDF (Résumé)
1MB

Résumé

INTRODUCTION: La dystrophie myotonique de type 1 (DM1) est une maladie génétique multisystémique. L'atrophie musculaire constitue un symptôme majeur et le renforcement musculaire est souvent utilisé pour contrer sa progression qui évolue au fil des ans. Toutefois, il demeure inconnu si ce stimulus déclenche des mécanismes cellulaires et moléculaires menant à l'hypertrophie, tels qu'observés chez une population saine.

OBJECTIF: Évaluer l’effet de l'exercice aigu en résistance sur les adaptations musculaires chez les DM1.

MÉTHODOLOGIE: Dix hommes atteints de DM1 ont participé à une séance unique d'exercice excentrique en résistance des muscles extenseurs du genou sur biodex. Une biopsie musculaire a été prélevée une semaine avant et 24 heures après l’intervention. Certains acteurs de la cascade de synthèse (AKT et mTOR) et de dégradation (Atrogin-1 et MuRF) protéique du muscle ont été évalués par immunobuvardage.

RÉSULTATS: Nos résultats préliminaires démontrent que les patients présentent une grande variabilité dans la réponse à l'exercice. Les formes totales des protéines activées par phosphorylation (AKT et mTOR) varient. De plus, la forme phosphorylée d'AKT semble absente, ce qui concorde avec les altérations du récepteur à l'IGF déjà connues chez la DM1. Les protéines ne nécessitant pas de phosphorylation (Atrogin-1 et MuRF) présentent aussi une variation hétérogène post exercice. Finalement, pour les 10 patients étudiés, il n’y a pas de corrélation entre la réponse à l'exercice et la sévérité de la maladie.

CONCLUSION: L'augmentation du nombre de patients (N=20) permettra une meilleure compréhension de la réponse à l'entraînement chez les DM1 et une clarification potentielle quant à la pertinence d'individualiser les protocoles d'entraînement à chaque patient.

Type de document:Matériel de conférence (Non spécifié)
Date:2017
Sujets:Sciences de la santé
Sciences de la santé > Sciences de l'activité physique et réadaptation
Sciences de la santé > Sciences de l'activité physique et réadaptation > Physiothérapie
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences de la santé > Unité d'enseignement en physiothérapie
Mots-clés:skeletal muscle, myotonic dystrophy type 1, hypertrophy, atrophy
Informations complémentaires:Présentation par affiche
Déposé le:25 avr. 2019 20:53
Dernière modification:25 avr. 2019 20:53
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630