Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

Les conséquences de la pandémie sur la santé biopsychosociale et spirituelle des étudiants et employés de l’Université du Québec à Chicoutimi

Bergeron-Leclerc Christiane, Blackburn Ariane, Côté Rachel, Maltais Danielle, Cherblanc Jacques, Pouliot Eve, Dion Jacinthe et Attard Virginie. (2020). Les conséquences de la pandémie sur la santé biopsychosociale et spirituelle des étudiants et employés de l’Université du Québec à Chicoutimi. Dans Jacques Cherblanc, François-Olivier Dorais, Catherine Tremblay et Sabrina Tremblay (dir.), La COVID-19 : un fait social total. Perspectives historiques, politiques, sociales et humaines. (p. 133-144). Chicoutimi, Canada : Groupe de recherche et d'intervention régionales (GRIR).

[img]
Prévisualisation
PDF - Version publiée
742kB

URL officielle: https://constellation.uqac.ca/6071/

Résumé

En raison de la propagation mondiale de la COVID-191, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé a décrété le 11 mars 2020 l’état de pandémie (OMS, 2020bc). Lors de cette allocution, « 118 000 cas, dans 114 pays et ayant engendré 4 291 décès » avaient été détectés (OMS, 2020b). Cinq mois plus tard, en date du 18 août 2020, ce sont « 22 136 468 cas, dans 180 pays et ayant engendré 780 900 décès » qui sont confirmés (Faucher, et al., 2020). Le Canada et le Québec n’ont pas été épargnés par cette pandémie. Toujours en date du 18 août, un total de 123 154 Canadiens, dont la moitié sont Québécois (61 252), avaient été infectés par le virus (Agence de la santé publique du Canada, 2020). Depuis le 11 mars 2020, le Québec est la province qui dénombre le plus de cas de personnes ayant contracté le virus avec un taux actuel de 722 pour 100 000 habitants2. La répartition des cas québécois indique que les femmes (57,8 %) et les personnes âgées de moins de 60 ans (65,2 %) sont en tête de liste des personnes infectées (INSPQ, 2020). Même si la proportion de décès est plus élevée chez les personnes âgées de 80 ans et plus (73,7 %), la population active, dont font partie les populations universitaires, est plus à risque de contracter le virus (INSPQ, 2020).

Type de document:Chapitre de livre
Date:2020
Lieu de publication:Chicoutimi, Canada
Organisation:Groupe de recherche et d'intervention régionales (GRIR)
Sujets:Sciences sociales et humaines
Sciences sociales et humaines > Sciences sociales
Sciences sociales et humaines > Sciences sociales > Psychologie
Sciences sociales et humaines > Sciences sociales > Service social et travail social
Sciences de la santé
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences de la santé
Départements et modules > Département des sciences de la santé > Module de psychologie
Départements et modules > Département des sciences humaines
Départements et modules > Département des sciences humaines > Unité d'enseignement en études religieuses, en éthique et en philosophie
Départements et modules > Département des sciences humaines > Unité d'enseignement en travail social
Éditeurs:Cherblanc, Jacques
Dorais, François-Olivier
Tremblay, Catherine
Tremblay, Sabrina
Mots-clés:pandémie, COVID-19, santé biopsychosociale, santé spirituelle, étudiants universitaires, employés, université
Déposé le:23 juin 2022 15:43
Dernière modification:23 juin 2022 15:43
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630