LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

A comparison between nocturnal aural counts of passerines and radar reflectivity from a Canadian weather surveillance radar

Gagnon François, Bélisle Marc, Ibarzabal Jacques, Vaillancourt Pierre et Savard Jean-Pierre L. (2010). A comparison between nocturnal aural counts of passerines and radar reflectivity from a Canadian weather surveillance radar. The Auk, 127, (1), p. 119-128.

[img]
Prévisualisation
PDF - Version publiée
Disponible sous licence Creative Commons Attribution Non-commercial No Derivatives.

415kB

URL officielle: http://dx.doi.org/doi:10.1525/auk.2009.09080

Résumé

Using a Canadian weather surveillance radar (CWSR), we assessed the relationship between aural passerine counts and radar reflectivity during autumn migration on 16 nights. Reflectivity was positively correlated on all but 1 night with the number of birds detected aurally, but the correlation strength varied between -0.58 and 0.93 among nights (mean ± SD = 0.69 ± 0.42). Using linear mixed-effects models with aural counts nested within nights, we found that the number of birds detected by observers increased with reflectivity. The slope of this relationship did not vary between observers, nor was it affected by time since sunset, but the number of birds detected aurally tended to be lower when ambient noise levels were high. We know that the radar was relatively sensitive to low bird densities, because the intercept was slightly positive and its 95% confidence interval marginally included zero. However, the relationship between the number of birds detected aurally and reflectivity varied significantly among nights. Such variation was likely caused by a combination of (interacting) factors, including bird species and behavior (e.g., calling rate, flight altitude), influencing bird detectability by the observers and the radar. The weather radar network of the United States (NEXRAD) is already used for bird migration studies, and we conclude that the use of CWSR can extend NEXRAD's coverage farther north by hundreds of kilometers, thereby increasing our understanding of how birds use the North American landscapes during migration.

Nous avons étudié la relation entre un dénombrement auditif de passereaux et la réflectivité d'un radar de surveillance météorologique canadien (CWSR), durant la migration automnale, pendant 16 nuits. La réflectivité radar était positivement corrélée avec le nombre d'oiseaux détectés auditivement pour toutes les nuits, exception d'une, mais la puissance de cette relation variait de -0.58 à 0.93 (moyenne ± écart-type = 0.69 ± 0.42). En utilisant des modèles linéaires à effets mixtes où les dénombrements auditifs étaient nichés de manière intra-nuit, nous avons confirmé que le nombre d'oiseaux détectés par les observateurs s'accroissait avec la réflectivité. La pente de cette relation ne variait pas entre les observateurs comme elle n'était pas affectée par le temps écoulé depuis le coucher du soleil, mais le nombre d'oiseaux détectés auditivement tendait àdiminuer quand le bruit ambiant était plus élevé. Le radar s'est avéré être relativement sensible à une faible densité d'oiseaux, puisque la valeur de l'intercepte était légèrement positive et ses intervalles de confiance de 95% incluaient marginalement le zéro. Cependant, la relation entre le nombre d'oiseaux détectés auditivement et la réflectivité variait significativement entre les nuits. Une telle variation est vraisemblablement attribuable à la combinaison (ou l'interaction) de facteurs incluant les espèces d'oiseaux présentes et leurs comportements (e.g. taux de cris, altitude de vol), ce qui influence la détectabilité des oiseaux par les observateurs, mais aussi par le radar. Le réseau de radars météo (NEXRAD) des États-Unis est déjà utilisé dans des études de la migration des oiseaux et nous concluons que l'utilisation des CWSR pourrait permettent une extension vers le nord de plusieurs centaines de kilomètres de la couverture du réseau NEXRAD, permettant d'accroître la compréhension de l'utilisation des paysages nord américains par les oiseaux durant leur migration.

Type de document:Article publié dans une revue avec comité d'évaluation
ISSN:00048038 (ISSN)
Volume:127
Numéro:1
Pages:p. 119-128
Version évaluée par les pairs:Oui
Date:2010
Sujets:Sciences naturelles et génie > Sciences naturelles > Biologie et autres sciences connexes
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences fondamentales
Mots-clés:Bird detectability, Canada, flight calls, migrant songbirds, nocturnal migration, radar reflectivity, weather radar
Déposé le:31 mai 2017 22:18
Dernière modification:31 mai 2017 22:18
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630