LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

Acceptabilité des capteurs utilisés en contexte de soutien à domicile par l’intelligence ambiante en fonction du niveau de familiarité des participants avec les capteurs, de l’esthétisme des capteurs, de l’utilité et de l’intrusion perçues ainsi que de l’âge des participants

Gagné Pierre-Luc. (2021). Acceptabilité des capteurs utilisés en contexte de soutien à domicile par l’intelligence ambiante en fonction du niveau de familiarité des participants avec les capteurs, de l’esthétisme des capteurs, de l’utilité et de l’intrusion perçues ainsi que de l’âge des participants. Essai doctoral, Université du Québec à Chicoutimi.

[img] PDF
1MB

Résumé

Le vieillissement de la population québécoise est au coeur de bien des enjeux économiques et sociaux et le nombre de personnes âgées (PA) est en augmentation par rapport à la population active (Légaré, 2004). Selon les données obtenues au Québec (Steensma, Lookne et Choi, 2017), les hommes seraient en situation de maladie approximativement pour les 11 dernières années de leur vie alors que les femmes le seraient approximativement pour les 13 dernières années de leur vie. Les technologies d’assistance cognitive visent à favoriser le maintien à domicile et ont comme objectif de diminuer l’impact du vieillissement de la population sur les systèmes de santé publique, tout en soutenant les PA en perte d’autonomie dans l’accomplissement de leurs activités quotidiennes (Bouchard, Bouchard, Potvin, & Bouzouane, 2011; Lapointe et al., 2013; Siddique, Hasan, & Zabir, 2017). Les systèmes élaborés par le Laboratoire d’Intelligence Ambiante pour la Reconnaissance d’Activités (LIARA) de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) s’appuient sur un appareillage domotique résidentiel doté d’intelligence artificielle ambiante visant à assister les personnes en perte d’autonomie et de repérer des erreurs potentielles dans la réalisation d’activités, dans l’objectif d’offrir une intervention efficace (si nécessaire) permettant à la personne qui exécute la tâche de rectifier les erreurs (B. Bouchard, Giroux, & Bouzouane, 2007). Dans l’optique d’une implantation de l’intelligence ambiante au domicile de personnes en perte d’autonomie atteintes ou non de déficits cognitifs, il est important de se questionner à savoir si les composantes physiques de cette intelligence ambiante, soit les capteurs et les effecteurs, seront acceptées par les usagers. Le présent projet a pour objectif de déterminer quelles variables (âge, esthétisme, familiarité, utilité et sentiment d’intrusion) influencent l’acceptabilité des capteurs utilisés en contexte d’intelligence ambiante. Une hypothèse exploratoire visant à préciser si la familiarité (niveau d’exposition) d’un individu face aux technologies en général influencerait davantage l’acceptabilité des capteurs utilisés en contexte d’intelligence ambiante que la familiarité quant à ces mêmes capteurs a été sondée. Pour se faire, les perceptions de 130 individus issus de 2 groupes d’âge différents ont été recueillies et comparées, soit 72 participants âgés de 55 ans et plus (premier groupe) et 58 participants âgés entre 18 et 35 ans (deuxième groupe). La méthodologie consistait à présenter aux participants 14 capteurs susceptibles de se retrouver dans des habitats intelligents afin de recueillir leurs perceptions en lien avec les variables à l’étude, par l’intermédiaire d’un questionnaire. Une seule rencontre était nécessaire afin de compléter l’expérimentation qui était d’une durée approximative de 60 minutes. Les résultats obtenus démontrent que l’utilité ainsi que l’intrusion perçues sont les deux seules variables qui influencent significativement l’acceptabilité des capteurs présentés, peu importe que les participants soient dans le groupe de 18 à 35 ans ou de 55 ans et plus. Ainsi, plus un capteur est perçu comme utile par un individu, plus il est accepté. À l’inverse, moins un capteur est perçu comme intrusif et plus il est accepté. Les analyses statistiques n’indiquaient aucune différence significative entre les groupes quant aux variables influençant l’acceptabilité des capteurs en contexte d’intelligence ambiante. Précisons néanmoins que lorsque l’utilité est contrôlée, il ressort un lien significatif entre l’esthétisme et l’acceptabilité. Ainsi, lorsque 2 capteurs présentent une utilité similaire, l’esthétisme semble avoir un effet positif sur l’acceptabilité, entraînant une plus grande acceptabilité du capteur esthétiquement plus agréable. Finalement, les capteurs ayant été classés comme les plus utiles par les participants de 55 ans et plus ont également été classés parmi ceux avec lesquels ces derniers étaient les plus familiers. La même observation est également objectivée chez les participants âgés entre 18 et 35 ans, mais de manière moins franche. Conséquemment, il semble que pour les participants âgés de plus de 55 ans, le niveau de familiarité face à un capteur peut insuffler un biais positif en faveur de l’utilité. Par ailleurs, que ce soit la familiarité des participants face aux technologies en général ou la familiarité pour les capteurs utilisés en contexte d’intelligence ambiante, aucune n’a d’influence significative sur l’acceptabilité des capteurs à l’étude. En conclusion, l’actuel projet présente des résultats novateurs et pertinents pour déterminer les facteurs à considérer dans la prédiction d’utilisation des capteurs dans les habitats dotés d’intelligence ambiante, soit les caractéristiques influençant l’acceptabilité de ces capteurs. Il offre également des résultats forts intéressants pour de futurs projets. L’une des pistes les plus prometteuses afin de recueillir des données aisément généralisables réside dans la réplication de la présente étude dans un contexte expérimental davantage écologique, c.-à.-d. implanter réellement les capteurs dans le domicile des participants ou encore inviter des participants à résider dans un habitat doté d’intelligence ambiante et recueillir des informations sur l’impact de ces facteurs. Il serait ainsi possible d’évaluer l’évolution de l’acceptabilité en fonction de l’accentuation de la l’exposition d’un participant face aux capteurs (avant et après l’implantation de ces technologies au domicile).

Type de document:Thèse ou mémoire de l'UQAC (Essai doctoral)
Date:2021
Lieu de publication:Chicoutimi
Programme d'étude:Doctorat en psychologie
Nombre de pages:113
ISBN:Non spécifié
Sujets:Sciences sociales et humaines > Sciences sociales > Psychologie
Sciences naturelles et génie > Sciences mathématiques > Informatique
Sciences de la santé > Sciences de l'activité physique et réadaptation > Ergonomie
Sciences de la santé > Sciences médicales > Gériatrie-gérontologie
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences de la santé > Programmes d'études de cycles supérieurs en psychologie
Directeur(s), Co-directeur(s) et responsable(s):Bouchard, Julie
Bouchard, Kevin
Mots-clés:acceptabilité, capteurs, habitat intelligent, personnes âgées, technologie d'assistance cognitive, familiarité, esthétisme, utilité perçue, intrusion perçue
Déposé le:17 mars 2021 10:05
Dernière modification:17 mars 2021 21:06
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630