LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

L’érosion de la confiance dans la gouvernance des organisations publiques et privées : la socialité en crise

Simard Jeanne et Morency Marc-André. (2015). L’érosion de la confiance dans la gouvernance des organisations publiques et privées : la socialité en crise. Dans Démocratie, gouvernance et participation citoyenne. (p. 17-26). Chicoutimi : Groupe de recherche et d’intervention régionales, Université du Québec à Chicoutimi..

Le texte intégral n'est pas disponible pour ce document.

Résumé

Les travaux de la Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction au Québec révèlent que de nombreux professionnels, de nombreux gestionnaires n’ont pas été à la hauteur de leurs responsabilités fiduciaires, de leurs contrats moraux envers leurs clientèles, mais aussi envers les collectivités locales et nationales. Les rares procès pour fraude des Vincent Lacroix, Earl Jones et de nombreux autres criminels s’inspirant des montages Ponzi ne peuvent suffire à améliorer le climat social. Découvrant ces délits et manquements, la population québécoise en est révoltée, choquée, perdant confiance dans la gouvernance des organisations publiques et privées. Comment lui donner tort? Sur le plan international, la crise financière et économique amorcée en 2007, et qui perdure, offre par ses effets une preuve évidente que les dirigeants se sont révélés jusqu'ici incapables de réguler la sphère financière, d’instaurer à l’échelle des pays et du monde les bases d’une économie solide, libérée des dérives mafieuses. Les économistes et les analystes les plus qualifiés ont de fait montré que les États en principe gardiens auraient besoin d'un gardien, qu’ils ne sont plus les garants de la règle de droit (Piketty, 2013; Aglietta & Rigot, 2009 ; Supiot, 2010). On découvre de plus en plus comment les dysfonctionnements de la gouvernance planétaire actuelle et le désordre monétaire ont favorisé une augmentation très importante des inégalités sociales, comment on a encore très peu fait pour restaurer la confiance et le caractère démocratique des institutions (Gayraud, 2014; Aglietta & Berrebi, 2007; Gravereau & Trauman, 2013, p. 263 et suiv.). Cet article se propose de montrer quelques éléments de cette problématique en ce qu’elle affecte le Québec et le Canada. Nous verrons, dans un premier temps, l’importance que revêt la confiance dans la gouvernance des organisations, son rôle fondamental dans les relations sociales et plus particulièrement dans les relations d’affaires. Dans un deuxième temps, nous ferons état de quelques décisions des tribunaux, de quelques modifications législatives affectant favorablement la confiance envers la gouvernance d’organisations publiques et privées. Nous avons retenu comme exemplaires des décisions ou esquisses de législation appelées à modifier certains principes de la gouvernance des sociétés par actions ou d’instances gouvernant les ordres professionnels. Nous verrons dans un troisième temps que les problèmes de confiance envers les organisations publiques ou privées ne pourront être entièrement résolus par des interventions visant à rectifier les conduites individuelles ni par des dispositifs volontaires comme ceux de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) ou du développement durable (DD) (Bardelli, 2012, p. 79; Michalet, 2007). La conjoncture complexe affectant le système mondial actuel invite à comprendre les sources institutionnelles de cette problématique de perte de confiance, les sources normatives en jeu. On devra comprendre que des théories économiques et managériales empêchent de voir dans quel monde nous vivons réellement. Cela requiert de mobiliser des éléments de diverses sciences sociales critiques et d’aborder la question en interdisciplinarité. Une socialité en crise appelle un renouvellement des approches, un nouvel activisme des praticiens et des chercheurs.

Type de document:Chapitre de livre
Date:2015
Lieu de publication:Chicoutimi
Organisation:Groupe de recherche et d’intervention régionales (GRIR)
Sujets:Sciences sociales et humaines
Sciences sociales et humaines > Sciences de la gestion > Administration des affaires
Sciences sociales et humaines > Sciences de la gestion > Management
Sciences sociales et humaines > Sciences humaines
Sciences sociales et humaines > Sciences humaines > Philosophie
Sciences sociales et humaines > Sciences sociales
Sciences sociales et humaines > Sciences sociales > Droit
Sciences sociales et humaines > Sciences sociales > Économie
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences économiques et administratives > Module des sciences de l'administration
Unités de recherche > Groupe de recherche et d'intervention régionales
Éditeurs:Roche, Michel
Tremblay, Suzanne
Mots-clés:Démocratie, gouvernance, participation citoyenne, cohésion sociale, vie politique, mondialisation, libéralisation du commerce et des mouvements de capitaux, nouvelles technologies de l’information et de communication, institutions de régulation économique et politique, instances supranationales, participation électorale, gouvernance territoriale
Déposé le:03 sept. 2021 01:22
Dernière modification:03 sept. 2021 01:22
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630