Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

La violence et les normes dans Le ciel de Bay City de Catherine Mavrikakis et Tu aimeras ce que tu as tué de Kevin Lambert

Lamontagne Marie-Pier. (2022). La violence et les normes dans Le ciel de Bay City de Catherine Mavrikakis et Tu aimeras ce que tu as tué de Kevin Lambert. Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi.

[img] PDF
1MB

Résumé

Ce mémoire de maîtrise porte sur les romans Le ciel de Bay City de Catherine Mavrikakis et Tu aimeras ce que tu as tué de Kevin Lambert. Ces récits mettent en scène des narrateurs aux paroles et aux gestes violents. Je propose d’aborder ces textes par le biais des théories de l’affect. Cela me permet de voir dans la violence des narrateurs une réponse politique à un système normatif qui les oppresse. Dans le premier chapitre, je brosse le portrait des normes qui régissent la vie des narrateurs. À partir de la notion de souffrance, je relève ce que les narrateurs perçoivent comme de la violence dans leur environnement. L’ampleur de celle-ci en fait quelque chose d’inhérent à leur milieu, puisqu’elle se retrouve dans pratiquement toutes les sphères de leur vie. Dans le deuxième chapitre, j’aborde le sentiment d’aliénation qui marque les textes. En effet, la violence des normes décrite dans le chapitre précédent en vient à miner l’épanouissement des narrateurs. J’explique en quoi ils se retrouvent « attachés » aux normes qui leur nuisent et comment ils contribuent à leur répétition. J’aborde aussi ce que je nomme des émotions aliénantes, voyant à travers elles une possible origine de la colère qui mobilise les narrateurs vers la violence. Dans le troisième chapitre, j’analyse la violence dont font preuve les narrateurs. Je la perçois comme un moyen pour eux de mettre un terme aux violences qu’ils subissent. Il s’agit d’une réponse à un système oppressif, d’un moyen de mettre un terme à la souffrance et au sentiment d’aliénation. La violence des narrateurs est motivée par un désir : faire table rase. Les narrateurs n’essaient pas de corriger les torts d’un système, ils souhaitent le détruire et empêcher toutes ses répétitions futures. En somme, les narrateurs de Le ciel de Bay City et Tu aimeras ce que tu as tué dénoncent une violence qui précède la leur. L’éclatement de leur violence est ce qui permet de prendre conscience des violences silencieuses, ou cachées, à l’intérieur du système. Ce grand bruit devient la condition au dévoilement d’un système oppressif. Les narrateurs dénoncent et détruisent dans le même mouvement.

Type de document:Thèse ou mémoire de l'UQAC (Mémoire de maîtrise)
Date:2022
Lieu de publication:Chicoutimi
Programme d'étude:Maîtrise en lettres
Nombre de pages:133
ISBN:Non spécifié
Sujets:Arts et lettres > Étude des arts et des lettres > Études littéraires
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des arts, des lettres et du langage > Unité d'enseignement en lettres
Directeur(s), Co-directeur(s) et responsable(s):Parent, Anne-Martine
Mots-clés:affects, littérature québécoise, normes, violence
Déposé le:13 juill. 2022 09:56
Dernière modification:13 juill. 2022 15:10
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630