LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

Portrait du potentiel des milieux humides riverains du lac Saint-Jean pour la fraie des poissons

Plourde-Lavoie Patrick et Sirois Pascal. (2017). Portrait du potentiel des milieux humides riverains du lac Saint-Jean pour la fraie des poissons. Chaire de recherche sur les espèces aquatiques exploitées.

[img]
Prévisualisation
PDF
7MB

Résumé

Les milieux humides riverains du lac Saint-Jean sont susceptibles d’être affectés par un changement du mode de gestion du niveau de l’eau dans le cadre du renouvellement du Programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean. Ces milieux constituent le principal habitat de fraie de la perchaude et du grand brochet, de même qu’un habitat de fraie secondaire pour le méné à tache noire et pour plusieurs autres poissons du lac Saint- Jean. Afin de mieux connaître le potentiel pour la fraie de chaque habitat, les principaux milieux humides riverains du lac Saint-Jean ont fait l’objet de visites terrain au printemps 2016. Pour chaque habitat, une description générale (superficie, type d’habitat, accessibilité, historique, etc.), un relevé sommaire du substrat et de la communauté végétale, des données de température ainsi que des photos sont présentées. Pour chaque habitat, le potentiel pour la fraie des poissons a été classé entre nul, faible, moyen et fort. Les habitats avec le meilleur potentiel pour la reproduction des poissons sont situés dans le nord-ouest du lac Saint-Jean, soit les îles de la rivière Mistassini, le canal du Cheval et la rivière Ticouapé. Les habitats de type tourbière, tels que la baie Ptarmigan, le secteur de la pointe aux Pins et le nord de la baie Doré, présentent eux aussi un fort potentiel pour la fraie. Leur végétation est cependant localisée principalement dans la partie supérieure de la zone de marnage et est donc inondée plus tard en saison. Le potentiel de fraie de la plupart des marais situés dans le secteur sud-est du lac, soit l’étang des Îles, le Petit marais de Saint-Gédéon, le Grand marais de Métabetchouan et le marais Le Rigolet, est considéré moyen, en raison notamment de la dominance des typhas (quenouilles) et de l’accessibilité parfois restreinte. La végétation des milieux humides disponible au moment de la fraie est située en eau peu profonde principalement, entre les niveaux 12 (100,2 m) et 16,5 pi (101,5 m). La densité est généralement inversement proportionnelle à la profondeur. Ainsi, plus les hauts niveaux d’eau sont atteints rapidement au printemps et plus grande est la superficie des habitats de fraie disponible.

Type de document:Rapport
Date:2017
Nombre de pages:71
Organisation:Chaire de recherche sur les espèces aquatiques exploitées
Sujets:Sciences naturelles et génie > Sciences naturelles > Biologie et autres sciences connexes
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences fondamentales
Mots-clés:milieu humide, lac Saint-Jean, niveau d'eau, reproduction, poisson, wetland, water level, fish
Déposé le:04 mai 2017 22:06
Dernière modification:04 mai 2017 22:06
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630