LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

The vesicular Sainte-Sophie dykes: a chemically distinct, near-surface facies of the Grenville Dyke Swarm?

Higgins Michael D., Hankard Fatim, Ganerød Morgan et Van der Voo Rob. (2018). The vesicular Sainte-Sophie dykes: a chemically distinct, near-surface facies of the Grenville Dyke Swarm? Canadian Journal of Earth Sciences, 55, (3), p. 241-251.

[img]
Prévisualisation
PDF - Version publiée
6MB

URL officielle: https://doi.org/10.1139/cjes-2017-0168

Résumé

Undeformed and unmetamorphosed diabase dykes up to 5 m wide occur in an area of 100 km2 about 50 km northwest of Montreal near the village of Sainte-Sophie. The dykes are subvertical and oriented east–west. The most common phenocryst phase is plagioclase (1–2 mm, exceptionally 10 mm), followed by olivine, and in one dyke, pyroxene. Most dykes have vesicles 0.1–10 mm in diameter and fine-grained margins. Alteration is extensive: plagioclase is partly sericitized, olivine is serpentinized, and zeolites and carbonate are developed in the vesicles and matrix. Ar–Ar dating was challenging, but the weighted mean of two plateau ages indicates intrusion and cooling at 591.6 ± 2.5 Ma. The overall characteristics of these dykes suggest that they may be a facies of the much larger Grenville dyke swarm to the west. However, there are distinct chemical differences that suggest they were fed from a different, generally more enriched mantle source. This zone may be related to the one that produced the alkaline Monteregian intrusions some 470 million years later in the same region. If the Sainte-Sophie dykes are part of the Grenville dyke event, then the use of chemical fingerprints to identify components of this swarm must be used with caution. Another difference between the SainteSophie and main Grenville dykes is the presence of vesicles and zeolites in the former, which suggests the dykes were emplaced close to the surface; hence, this crustal block has seen little erosion during the last 600 million years.

Des dykes de diabase non déformés et non métamorphisés atteignant jusqu’a` 5 m de largeur sont présents dans une région de quelque 100 km2 située a` environ 50 km au nord-ouest de Montréal, près du village de Sainte-Sophie. Ces dykes sont subverticaux et d’orientation est–ouest. La phase phénocristique la plus abondante est le plagioclase (1–2 mm, exceptionnellement 10 mm), suivi de l’olivine et, dans un dyke, du pyroxène. La plupart des dykes présentent des vésicules de 0,1–10 mm de diamètre et des bordures a` grains fins. Ils présentent en outre une altération intense, le plagioclase étant partiellement séricitisé, l’olivine, serpentinisée, et des zéolites et des carbonates étant présents dans les vésicules et la matrice. La datation Ar–Ar s’est avérée difficile, mais la moyenne pondérée de deux âges plateau indiquent une intrusion et un refroidissement a` 591,6 ± 2,5 Ma. Les caractéristiques générales de ces dykes portent a` croire qu’ils pourraient constituer un faciès du beaucoup plus grand essaim de dykes de Grenville plus a` l’ouest. Des différences claires sur le plan chimique indiqueraient toutefois qu’ils proviennent d’une source mantellique distincte généralement plus enrichie, qui pourrait être reliée a` la zone qui a produit les intrusions alcalines montérégiennes, il y a quelque 470 millions d’années dans la même région. Si les dykes de Sainte-Sophie découlent effectivement du même épisode que les dykes de Grenville, l’utilisation de signatures chimiques pour identifier des éléments de cet essaim nécessiterait donc une certaine prudence. Une autre différence entre les dykes de Sainte-Sophie et les dykes de l’essaim de Grenville est la présence de vésicules et de zéolites dans les premiers, qui donne a` penser que ces dykes se sont mis en place près de la surface et, donc, que ce bloc crustal a subi peu d’érosion au cours des dernières 600 millions d’années.

Type de document:Article publié dans une revue avec comité d'évaluation
Volume:55
Numéro:3
Pages:p. 241-251
Version évaluée par les pairs:Oui
Date:15 Mars 2018
Sujets:Sciences naturelles et génie > Sciences naturelles > Sciences de la terre (géologie, géographie)
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences appliquées > Unité d'enseignement en sciences de la Terre
Mots-clés:Dykes vésiculaires, Sainte-Sophie, Faciès chimiquement distinct, Douves de Grenville
Déposé le:20 juin 2018 13:52
Dernière modification:13 déc. 2018 14:06
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630