LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

Archéologie sculpturale : un prolongement de sept barques en exil

Rochambeau Mylène. (1997). Archéologie sculpturale : un prolongement de sept barques en exil. Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi.

[img]
Prévisualisation
PDF
5MB

Résumé

Archéologie sculpturale, un prolongement de sept barques en exil s'inspire de mon exil au Québec et de mon identité insulaire. Quitter son pays pour Tailleurs" constitue l'expression la plus littérale de l'exil, mais ce dernier n'est pas seulement un geste physique, c'est aussi la conséquence d'un acte. L'éloignement active la conscience mnémonique et provoque un approfondissement des souvenirs. Ces images nous apparaissent vivantes parce que l'isolement est à l'échelle réelle. Alors on façonne de multiples refuges pour se réaliser.

Ce projet de recherche questionne l'identité culturelle sur l'importance du lieu nature/culture émanant de ce volet. Le principal objectif est de valoriser le processus de création comme la manifestation d'un résultat. Archéologie sculpturale s'appuie sur un concept de l'exil accentué par l'évolution de la créativité artistique.

Cette recherche comporte trois chapitres. Le premier chapitre fait une image de l'exil en le définissant comme une adaptation dans Tailleurs. Cette façon de faire est une méthode pour survivre au changement dans le but de confronter mon art dans ce nouveau lieu. Le deuxième chapitre est la réalisation d'une oeuvre représentant l'alliance formelle de deux artistes et de deux cultures différentes. L'oeuvre révélatrice générée par cette rencontre a suivi la trace qui permet de découvrir "l'autre culturel" avec les yeux de celui qui regarde. Le troisième chapitre retrace un parcours de mon patrimoine culturel, m'amenant à voir l'identité comme étant une authenticité malgré les influences et le métissage. Il met en scène un site formé de sept barques abstraites témoins d'un savoir-faire et d'une insularité.

En conséquence, comment décrire l'exil? Les controverses le désigne comme une aventure ou une souffrance. Le peindre et le sculpter c'est montrer son autre visage, (l'oeuvre résultante), pourrait-on l'aborder comme un sujet possible dans l'art ?

Le projet final propose une "Archéologie sculpturale, le prolongement de sept barques en exil. " Cette oeuvre symbolise des barques-femmes témoins de plusieurs cultures et ces civilisations font de celles-ci le souvenir d'une histoire.

Type de document:Thèse ou mémoire de l'UQAC (Mémoire de maîtrise)
Date:1997
Lieu de publication:Chicoutimi
Programme d'étude:Maîtrise en arts plastiques
Nombre de pages:96
ISBN:1412307872
Identifiant unique:10.1522/11035374
Sujets:Sciences sociales et humaines > Sciences humaines > Ethnologie
Arts et lettres > Création littéraire et artistique > Arts visuels et médiatiques
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des arts et des lettres > Programmes d'études de cycles supérieurs en arts
Directeur(s), Co-directeur(s) et responsable(s):Roy, Hélène
Mots-clés:Sculpture québécoise--20e siècle, Création (Arts), THESE, ARCHEOLOGIE, BARQUE, EXIL, PROLONGEMENT, SCULPTURALE
Déposé le:01 janv. 1997 12:34
Dernière modification:09 mai 2013 00:41
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630