LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

L'adverbe variable «tout» : une impossibilité

Carrière Hélène. (2002). L'adverbe variable «tout» : une impossibilité. Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi.

[img]
Prévisualisation
PDF
2MB

Résumé

L'objectif de la recherche est d'examiner les fondements de la curieuse règle d'accord de l'adverbe variable « tout », laquelle stipule que dans certains emplois où il adopte une nature d'adverbe, le mot « tout » doit s'accorder dans certaines conditions, soit devant un mot féminin commençant par une consonne ou un h aspiré. La recherche s'intéresse au premier chef au non-sens que constitue une «exception» ou une «particularité» permettant à un adverbe -par nature invariable- de se retrouver variable.

La recherche qui a été menée commence, comme il se doit, par l'examen minutieux des différentes et nombreuses natures - au nombre de cinq - que peut prendre le mot « tout ». Or une interprétation juste et fine exige un recours rigoureux à des notions nouvelles, celles de la totalité interne et de la totalité externe, la première portant la nature d'un «tout» adjectif qualificatif, la seconde, celle d'un «tout» adjectif indéfini. Mieux et justement vus dans leur nature, ces emplois d'adjectifs permettent une meilleure compréhension de « tout » employé comme nom, comme pronom, et finalement comme adverbe, mais comme adverbe véritable et donc invariable.

L'examen qui suit des emplois d'un prétendu adverbe variable « tout » vient montrer, hors de tout doute, qu'il y a erreur dans l'identification de la nature du mot « tout » dans ces emplois, que le prétendu adverbe variable « tout » a de fait nature d'adjectif qualificatif.

Pareille conclusion quant à une nature d'adjectif qualificatif du mot « tout » dans ces emplois où la grammaire traditionnelle identifiait un adverbe ou variable, ou invariable, a plusieurs conséquences. La première est de faire comprendre la justesse des accords dans les emplois du type « Elle est toute décoiffée » et « II est tout décoiffé », par une interprétation référant à une nature d'adjectif qualificatif. De faire comprendre ensuite qu'en parallèle à « II est tout épuisé », il faille choisir pour « Elle est toute épuisée » une orthographe reconnaissant l'accord au féminin de « tout » adjectif qualificatif. De faire voir aussi que dans les emplois de ce dernier type, la règle de grammaire traditionnelle imposait un accord fautif en « tout épuisée ».

Une conséquence de cette différente analyse de la nature du mot « tout » oblige à admettre, à partir de l'emploi du masculin pluriel de « Ils sont tout épuisés », que l'adjectif qualificatif « tout », dans sa valeur de totalité interne, n'accepte pas le pluriel. Et qu'il faudra orthographier ainsi l'adjectif de « Elles sont toute épuisées » et de « Elles sont toute décoiffées », des orthographes qui rejoignent celle qui a toujours été acceptée pour les masculins, les masculins ne posant pas - comme les féminins ? de difficultés dans le passage de l'oral à l'écrit. Des difficultés qui originaient évidemment de l'attribution d'une nature d'adverbe au mot « tout » de ces emplois.

De pareilles rectifications et les approfondissements qui les fondent permettent d'interpréter les aperceptions de Claude Favre de Vaugelas et de comprendre les sources de la méprise qui a mené l'Académie française à concevoir, dans le cadre de sa compréhension, une règle destinée à « faciliter » les accords. L'Abbé Gabriel Girard, de même que les linguistes et grammairiens Damourette et Pichon, avaient bien aperçu les erreurs des accords proposés : il ne leur manquait que de comprendre certains des jeux de nature du mot « tout » et surtout les effets de la valeur de départ de totalité interne excluant l'emploi du pluriel.

Enfin, en plus d'atteindre l'objectif d'expliquer les fondements de la règle, la recherche vient offrir, dans un cadre plus large, un exercice d'application des approches d'analyse de la « grammaire raisonnée », le cadre méthodologique adopté pour cette recherche.

Type de document:Thèse ou mémoire de l'UQAC (Mémoire de maîtrise)
Date:2002
Lieu de publication:Chicoutimi
Programme d'étude:Maîtrise en éducation
Nombre de pages:102
ISBN:1412310040
Identifiant unique:10.1522/14486925
Sujets:Sciences sociales et humaines > Sciences humaines > Linguistique
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences de l'éducation > Programmes d'études de cycles supérieurs en éducation (maîtrise, DESS et programmes courts)
Directeur(s), Co-directeur(s) et responsable(s):Roy, Raymond-Claude
Mots-clés:Accord (Linguistique), Français (Langue), Tout (Le mot français)--Adverbe, Grammar, Comparative and general--Agreement, French language--Adverb, Tout (The French word), ACCORD, ADVERBE, EDUCATION, FONDEMENT, HISTOIRE, REGLE, THESE, TOUT, VARIABLE
Déposé le:01 janv. 2002 12:34
Dernière modification:02 mai 2013 02:00
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630