LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

Parole blanche et tentation du silence chez Samuel Beckett : un logos sans telos

Côté, Louis. (1999). Parole blanche et tentation du silence chez Samuel Beckett : un logos sans telos. Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi.

[img]
Prévisualisation
PDF
2655Kb

Résumé

La présente étude cherche à démontrer que le roman l?Innommable de Samuel Beckett, au-delà de son incontestable pouvoir de déconstruction de la forme romanesque traditionnelle et de l'immense travail de dérision qu'il opère sur les structures narratives et logiques que nous sommes habitués de rencontrer dans la composition d'oeuvres littéraires, n'en demeure pas moins un véritable laboratoire des formes langagières, de même qu'une réflexion authentiquement philosophique sur les questions de la représentation et du phénomène de l'expression, la conception du langage y apparaissant n'ayant rien à envier aux théories antiques, classiques ou modernes de la signification.

Après avoir établi que l'expérience psychanalytique de Beckett dans ses jeunes années l'aura amené à développer une conception de l'esthétique singulière prenant en compte la négativité, nous cherchons à démontrer que cette prise en compte implique à son tour une conception du langage et de l'écriture particulière, qui cherche à abolir la distance qui sépare la fiction de l'expérience réelle, afin de révéler ainsi cette intime association de l'être et du langage dont témoigne L'Innommable, en même temps que d'une position du sujet occidental s'opposant directement aux philosophies issues d'une vision représentationaliste du langage.

À travers une analyse comparative entre la conception du langage et donc du sujet qui se trouve véhiculée dans L'Innommable et la conception téléologique du discours et du sujet platonicien, préfigurant ce que l'on appellera au siècle classique la « théorie naïve de la signification », l'on tente de faire voir ensuite l'étonnante similitude entre la critique de cette vision du langage formulée par Martin Heidegger, qui, comme Beckett et comme certains sophistes, cherche à mettre en échec la fausse évidence et la domination du principe de raison, qui trouve ses racines chez Platon, dans sa vision représentationaliste du langage.

Type de document:Thèse ou mémoire de l'UQAC (Mémoire de maîtrise)
Date:1999
Lieu de publication:Chicoutimi
Programme d'étude:Maîtrise en études littéraires
Nombre de pages:97
ISBN:1412308615
Identifiant unique:10.1522/11962924
Sujets:Sciences sociales et humaines > Sciences humaines > Linguistique
Arts et lettres > Étude des arts et des lettres > Études littéraires
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des arts et des lettres > Unité d'enseignement en lettres
Directeur(s), Co-directeur(s) et responsable(s):Vidal, Jean-Pierre
Mots-clés:Roman--Critique et interprétation, Narration, Œuvres complètes, Littérature française--20e siècle, Esthétique, Fiction--Criticism and interpretation, Narration (Rhetoric), Collected works, Aesthetics, French literature--20th century, CRITIQUE, INTERPRETATION, THESE
Déposé par:Bibliothèque Paul-Émile-Boulet
URL:http://bibliotheque.uqac.ca
Déposé le:01 janv. 1999 07:34
Dernière modification:03 juin 2011 09:43
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630