LiveZilla Live Chat Software

Constellation, le dépôt institutionnel de l'Université du Québec à Chicoutimi

Fréquence de consommation de cannabis et expression de traits psychotiques chez l’adolescent selon l’âge et le sexe

Bissonnette Katia. (2020). Fréquence de consommation de cannabis et expression de traits psychotiques chez l’adolescent selon l’âge et le sexe. Essai doctoral, Université du Québec à Chicoutimi.

[img] PDF
6MB

Résumé

Cette recherche vise à établir des liens entre la fréquence de consommation de cannabis et l’apparition de certains symptômes de la sphère psychotique chez l’adolescent selon son âge et son sexe. Cette étude se distingue des autres recherches faites sur le sujet, entre autres parce qu’elle concerne l’expression de traits psychotiques auprès d’un échantillon tiré d’une population d’adolescents en milieu scolaire. L’échantillon est composé de 910 adolescents provenant du Saguenay–Lac-Saint-Jean âgés de 12 à 17 ans. La plupart des études antérieures faites sur le sujet se basent sur un échantillon plus limité d’une population qui a déjà présenté ou présente des troubles s’apparentant à la psychose. Les résultats de cette recherche ont été obtenus par l’utilisation de trois instruments de mesure : un questionnaire sociodémographique, la grille de dépistage de consommation problématique d’alcool et de drogues chez les adolescents (DEP-ADO) et le Symptom Checklist-90-Revised (SCL-90-R) permettant l’évaluation des symptômes psychopathologiques, plus précisément le score de psychotisme. Ces instruments ont été utilisés dans le but de vérifier la présence d’un lien entre la fréquence de consommation de cannabis et les manifestations d’une symptomatologie reliée au psychotisme, en fonction du sexe et de l’âge des adolescents. Les résultats de cette présente étude, incluant une analyse des items composant le score de psychotisme, indiquent que les symptômes de psychotisme ne sont pas liés à la fréquence de consommation de cannabis. Ce type de symptômes serait davantage relié aux préoccupations sociales des adolescents, comme le fait de se sentir isolé ou aliéné socialement. De ce fait, un adolescent qui consomme du cannabis, soit jusqu’à un maximum d’une fois par mois environ, est plus à risque de se sentir aliéné ou isolé face à ses pairs. Lorsque la fréquence va au-delà d’une fois par mois environ, ces préoccupations sociales demeurent statistiquement stables.

Type de document:Thèse ou mémoire de l'UQAC (Essai doctoral)
Date:2020
Lieu de publication:Chicoutimi
Programme d'étude:Doctorat en psychologie
Nombre de pages:142
ISBN:Non spécifié
Sujets:Sciences sociales et humaines > Sciences de l'éducation > Psychoéducation
Sciences sociales et humaines > Sciences de l'éducation > Psychopédagogie
Sciences sociales et humaines > Sciences sociales > Psychologie
Sciences sociales et humaines > Sciences sociales > Service social et travail social
Sciences sociales et humaines > Sciences sociales > Sociologie
Sciences de la santé > Sciences médicales > Psychiatrie
Département, module, service et unité de recherche:Départements et modules > Département des sciences de la santé > Programmes d'études de cycles supérieurs en psychologie
Directeur(s), Co-directeur(s) et responsable(s):Fortier, Gabriel
Dubé, Claude
Mots-clés:adolescence, adolescent, cannabis, consommation, facteur de vulnérabilité, psychotisme, psychoéducation, psychopédagogie, psychologie, service social, travail social, sociologie
Déposé le:22 oct. 2020 11:52
Dernière modification:22 oct. 2020 21:30
Afficher les statistiques de telechargements

Éditer le document (administrateurs uniquement)

Creative Commons LicenseSauf indication contraire, les documents archivés dans Constellation sont rendus disponibles selon les termes de la licence Creative Commons "Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification" 2.5 Canada.

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, UQAC
555, boulevard de l'Université
Chicoutimi (Québec)  CANADA G7H 2B1
418 545-5011, poste 5630